Lors de la conférence de presse à l'issue du sommet, Jean-Claude Juncker et Donald Tusk se sont rangés derrière la courte déclaration publiée dans la nuit pour réaffirmer l'importance des accords conclus le 20 février en Eurogroupe, la formation qui réunit les ministres des Finances de la zone euro, et promettre que les autorités grecques "auront la propriété des réformes".

En conférence de presse, Jean-Claude Juncker a reconnu "qu'on peut parler de crise humanitaire" en Grèce, un terme régulièrement utilisé par le gouvernement grec d'Alexis Tsipras mais encore peu repris jusqu'ici dans les cercles européens.

"Après la réunion d'hier, nous comprenons mieux à quel point la situation est urgente, notamment sur le plan politique", a pour sa part commenté Donald Tusk.

"Le vice-président (de la Commission européenne Valdis) Dombrovskis a soumis la semaine dernière à Alexis Tsipras un document rappelant comment mieux utiliser le potentiel des fonds européens", indépendants du programme d'aide financière à la Grèce, a précisé Jean-Claude Juncker.

Athènes pourrait ainsi recevoir jusqu'à 2 milliards d'euros de fonds européens auxquels elle a droit, de l'argent non utilisé mais disponible, pour répondre par exemple au problème massif du chômage des jeunes.

Lors de la conférence de presse à l'issue du sommet, Jean-Claude Juncker et Donald Tusk se sont rangés derrière la courte déclaration publiée dans la nuit pour réaffirmer l'importance des accords conclus le 20 février en Eurogroupe, la formation qui réunit les ministres des Finances de la zone euro, et promettre que les autorités grecques "auront la propriété des réformes".En conférence de presse, Jean-Claude Juncker a reconnu "qu'on peut parler de crise humanitaire" en Grèce, un terme régulièrement utilisé par le gouvernement grec d'Alexis Tsipras mais encore peu repris jusqu'ici dans les cercles européens."Après la réunion d'hier, nous comprenons mieux à quel point la situation est urgente, notamment sur le plan politique", a pour sa part commenté Donald Tusk."Le vice-président (de la Commission européenne Valdis) Dombrovskis a soumis la semaine dernière à Alexis Tsipras un document rappelant comment mieux utiliser le potentiel des fonds européens", indépendants du programme d'aide financière à la Grèce, a précisé Jean-Claude Juncker.Athènes pourrait ainsi recevoir jusqu'à 2 milliards d'euros de fonds européens auxquels elle a droit, de l'argent non utilisé mais disponible, pour répondre par exemple au problème massif du chômage des jeunes.