En 2012, 2,43% des travailleurs en avaient profité.

Ce système permet aux travailleurs de prendre jusqu'à 180 heures de congé pour suivre (à ses frais) une formation tout en étant payé par l'employeur. Ce dernier peut obtenir un remboursement partiel de la Région.

"Le système est peu connu et noyé parmi d'autres aides à la formation. Les gens connaissent surtout le crédit-temps pour formation (...) Avec le CEP, le travailleur garde son salaire pendant qu'il va au cours, passe des examens ou étudie, avec un plafond à 2.815 euros bruts par mois. Avec le crédit-temps, il touche une allocation de l'Onem (de maximum 583 euros)", explique Amandine Boseret, juriste chez Acerta.

Les conditions d'accès au CEP ont également été durcies. Auparavant, l'employé pouvait s'inscrire à n'importe quelle formation, alors qu'aujourd'hui il faut que l'employabilité en soit augmentée et il existe une liste de formations agréées.

Les CEP sont plus populaires dans les grandes entreprises que dans les petites, et donc plus populaires en Flandre qu'en Wallonie, où le tissu économique est davantage composé de PME.

En 2012, 2,43% des travailleurs en avaient profité. Ce système permet aux travailleurs de prendre jusqu'à 180 heures de congé pour suivre (à ses frais) une formation tout en étant payé par l'employeur. Ce dernier peut obtenir un remboursement partiel de la Région. "Le système est peu connu et noyé parmi d'autres aides à la formation. Les gens connaissent surtout le crédit-temps pour formation (...) Avec le CEP, le travailleur garde son salaire pendant qu'il va au cours, passe des examens ou étudie, avec un plafond à 2.815 euros bruts par mois. Avec le crédit-temps, il touche une allocation de l'Onem (de maximum 583 euros)", explique Amandine Boseret, juriste chez Acerta. Les conditions d'accès au CEP ont également été durcies. Auparavant, l'employé pouvait s'inscrire à n'importe quelle formation, alors qu'aujourd'hui il faut que l'employabilité en soit augmentée et il existe une liste de formations agréées. Les CEP sont plus populaires dans les grandes entreprises que dans les petites, et donc plus populaires en Flandre qu'en Wallonie, où le tissu économique est davantage composé de PME.