Cela alors que les entreprises sont confrontées à des réductions de personnel de plus en plus importantes en raison de la cinquième vague de la pandémie de coronavirus. Les mesures décidées par le patronat et les syndicats chrétien et libéral seront en vigueur jusqu'à la fin du mois de février.

Le variant Omicron menace de provoquer des réductions de personnel sur le lieu de travail. C'est pourquoi il a été convenu que l'on pourra recourir plus facilement à du personnel supplémentaire au sein des entreprises. Il s'agit notamment des chômeurs temporaires, des intérimaires, des retraités, des étudiants jobistes et des demandeurs d'asile.

Les ports d'Anvers et de Zeebrugge, entre autres, avaient déjà prévenu d'une baisse d'activité due à un manque de personnel. Lundi, les partenaires sociaux s'étaient séparés sans accord, mais le gouvernement a invité les syndicats et les employeurs à revenir à la table des négociations.

Cela alors que les entreprises sont confrontées à des réductions de personnel de plus en plus importantes en raison de la cinquième vague de la pandémie de coronavirus. Les mesures décidées par le patronat et les syndicats chrétien et libéral seront en vigueur jusqu'à la fin du mois de février.Le variant Omicron menace de provoquer des réductions de personnel sur le lieu de travail. C'est pourquoi il a été convenu que l'on pourra recourir plus facilement à du personnel supplémentaire au sein des entreprises. Il s'agit notamment des chômeurs temporaires, des intérimaires, des retraités, des étudiants jobistes et des demandeurs d'asile. Les ports d'Anvers et de Zeebrugge, entre autres, avaient déjà prévenu d'une baisse d'activité due à un manque de personnel. Lundi, les partenaires sociaux s'étaient séparés sans accord, mais le gouvernement a invité les syndicats et les employeurs à revenir à la table des négociations.