Le déficit des biens et services s'est établi à 51,1 milliards de dollars avec des exportations en légère hausse de 0,9% et surtout des importations en chute de 2,6%, selon les données du ministère corrigées des variations saisonnières.

Les analystes s'attendaient à un recul moindre du déficit à 57,5 milliards de dollars, après 59,9 milliards en décembre (chiffre légèrement révisé en hausse).

Outre l'impact des droits de douanes sur les échanges avec la Chine, le repli plus fort que prévu du déficit commercial pourrait être le reflet du ralentissement attendu de la croissance américaine et de l'économie mondiale.

Si les exportations américaines ont globalement augmenté en janvier, elles ont toutefois signé leur plus faible performance avec la Chine alors que l'administration Trump est en pleine guerre commerciale avec Pékin.

En données non-ajustées des variations saisonnières, les exportations de produits américains vers la Chine n'ont atteint que 7,1 milliards de dollars, leur plus faible niveau depuis septembre 2010. Elles ont glissé de 22,3%, soit deux milliards de dollars de moins, par rapport à décembre.

Dans le même temps, les exportations chinoises de biens vers les Etats-Unis, qui sont frappées de droits de douanes importants, ont également chuté entraînant une nette réduction du déficit commercial américain avec Pékin.

En données brutes, le déficit avec la Chine est en retrait de 6,4% en janvier tombant à 34,5 milliards de dollars. La Chine a moins exporté vers les Etats-Unis (-9,6% à 41,6 milliards de dollars).

Globalement les Etats-Unis ont par ailleurs signé leurs plus fortes exportations de services dans le monde entier à 70 milliards de dollars en janvier.

Le déficit commercial avec le Mexique s'est réduit de 25,2% à 5,8 milliards de dollars, du fait d'une augmentation des exportations américaines. Il a chuté presque de moitié (-46,5%) avec le Canada à 800 millions de dollars.

Avec l'Europe, il a aussi dégonflé à 11,7 milliards de dollars, en repli de 22,6%, à cause d'exportations en hausse de 7% et d'importations en retrait de 3,8%.

La baisse du baril de pétrole brut importé en janvier a contribué à la réduction du déficit commercial global, car elle a diminué la facture pétrolière.