A ma gauche, le ministre socialiste Jean-Claude Marcourt qui invitait la semaine dernière dans nos colonnes à " sortir de ce carcan " de la norme salariale pour " rendre de la liberté de négociation aux interlocuteurs sociaux ". A ma droite, des fédérations patronales qui se réjouissent de l'existence de cette norme, rendue plus stricte depuis 2017, afin de " garantir la compétitivité des entreprises belges ". C'est un peu le monde à l'envers. D'ordinaire, en effet, la gauche réclame des règles pour encadrer la vie économique et sociale, alors que la droite préfère tabler sur la liberté d'action des différents protagonistes. Et comme c'est le monde à l'envers, cela mérite sans doute qu'on s'y attarde.
...