Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

11/12/18 à 10:44 - Mise à jour à 10:44

Quel rôle joue Facebook dans la propagation du mouvement des gilets jaunes

Facebook a-t-il censuré ou au contraire favorisé la propagation du mouvement des gilets jaunes ?

Quel rôle joue Facebook dans la propagation du mouvement des gilets jaunes

© Capture d'écran

Les uns accusent Facebook d'avoir censuré le mouvement des gilets jaunes et d'autres lui reprochent au contraire de l'avoir amplifié. Est-ce que Facebook a censuré ce mouvement ? Pour certains oui, car le réseau social a supprimé des contenus et des groupes liés aux gilets jaunes. Techniquement, ils ont raison, mais en réalité selon une enquête du Figaro, ce n'est pas le mouvement des gilets jaunes qui est censuré, mais les propos incitant à la haine, par exemple. En effet, Facebook ne censure pas a priori les contenus sauf s'il s'agit de propagande terroriste ou de contenus pédopornographiques. Pour les autres contenus, c'est une censure ou une modération a posteriori. Autrement dit, si les 15.000 modérateurs de Facebook trouvent que dans les contenus il y a des propos ou des vidéos incitant à la haine ou des propos racistes ou homophobes, alors ces contenus peuvent être supprimés. Ce n'est donc pas une censure des gilets jaunes, mais une censure de propos tenus par certains d'entre eux. C'est une nuance de taille.

Deuxième question : est-ce que Facebook a amplifié le mouvement ? Techniquement, la réponse est oui, mais à nouveau pas sciemment, mais parce que comme le rappelle Le Figaro, les algorithmes de Facebook favorisent l'engagement dans les contenus. Celui-ci se mesure par le nombre de "J'aime", par le nombre de commentaires et par le nombre de partages. Il ne faut pas oublier que Facebook cherche à retenir notre attention pour nourrir son système publicitaire et donc toutes ces formes d'engagement sont appréciées par Facebook. Par exemple, la vidéo est fortement poussée par les algorithmes de Facebook, or, justement de très nombreux manifestants, vous l'avez vu comme moi, adorent s'enregistrer en live sur leur smartphone. De plus, les gilets jaunes sont aussi des utilisateurs de groupes, or, là aussi, Facebook favorise les contenus développés par les groupes. Facebook ne favorise donc pas les gilets jaunes à proprement parler, mais favorise le type de contenus plébiscités par les gilets jaunes. C'est une nouvelle nuance d'importance. Elle prouve que le débat n'est jamais noir ou blanc, mais qui aujourd'hui s'intéresse encore aux nuances de la vie ?