"Nous nous étions engagés à évaluer les mesures avant l'été", a rappelé le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) lors d'une conférence de presse tenue après un kern. Les mesures actuelles sont donc prolongées d'un trimestre supplémentaires: tarif social élargi, tva à 6% sur le gaz et l'électricité, baisse des accises sur les carburants. Le Premier ministre a ajouté qu'une prolongation ultérieure, trimestre par trimestre, restait envisagée le cas échéant. Selon le ministre de l'Économie, Pierre-Yves Dermagne (PS), cela représente un effort budgétaire de près de 1,4 milliard d'euros d'ici la fin de l'année. En outre, le chèque mazout et propane sera revalorisé et passera de 200 à 225 euros.

Par ailleurs, le gouvernement a décidé de "corriger l'anomalie" pour les copropriétés. Celles-ci n'avaient en effet pas droit à la TVA réduite sur le gaz. "Ce sera désormais possible", a indiqué M. Dermagne. Un budget de 70 millions sera consacré à cette aide. La diminution de la TVA sur le gaz sera aussi accessible aux maisons de repos, aux hôpitaux, aux asbl ou encore aux communes, a complété le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V).

Un impact direct sur la facture

"Ces mesures ont un impact direct sur la facture mais ne doivent pas nous faire oublier que l'accélération de la transition énergétique et l'isolation de nos maisons sont les meilleures mesures pour réduire structurellement la facture énergétique. L'énergie que vous n'utilisez pas est l'énergie la moins chère. La réduction de TVA pour les panneaux solaires, les pompes à chaleur et les chauffe-eau solaires court jusqu'à la fin de 2023", a de son côté rappelé la ministre de l'Energie, Tinne Van der Straeten (Groen), devant la presse.

"Parallèlement, le gouvernement s'est engagé à travailler d'ici à la conception du Budget 2023 sur la transformation du Fonds Social Energie et celle de la TVA sur l'énergie en accises. Après ces mesures conjoncturelles, les écologistes veulent en effet des mesures structurelles protégeant les plus vulnérables et contribuant à réduire encore le plus rapidement possible notre dépendance aux importations d'énergie fossile", a ajouté le vice-Premier Ecolo Georges Gilkinet.

"Nous nous étions engagés à évaluer les mesures avant l'été", a rappelé le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) lors d'une conférence de presse tenue après un kern. Les mesures actuelles sont donc prolongées d'un trimestre supplémentaires: tarif social élargi, tva à 6% sur le gaz et l'électricité, baisse des accises sur les carburants. Le Premier ministre a ajouté qu'une prolongation ultérieure, trimestre par trimestre, restait envisagée le cas échéant. Selon le ministre de l'Économie, Pierre-Yves Dermagne (PS), cela représente un effort budgétaire de près de 1,4 milliard d'euros d'ici la fin de l'année. En outre, le chèque mazout et propane sera revalorisé et passera de 200 à 225 euros. Par ailleurs, le gouvernement a décidé de "corriger l'anomalie" pour les copropriétés. Celles-ci n'avaient en effet pas droit à la TVA réduite sur le gaz. "Ce sera désormais possible", a indiqué M. Dermagne. Un budget de 70 millions sera consacré à cette aide. La diminution de la TVA sur le gaz sera aussi accessible aux maisons de repos, aux hôpitaux, aux asbl ou encore aux communes, a complété le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V). "Ces mesures ont un impact direct sur la facture mais ne doivent pas nous faire oublier que l'accélération de la transition énergétique et l'isolation de nos maisons sont les meilleures mesures pour réduire structurellement la facture énergétique. L'énergie que vous n'utilisez pas est l'énergie la moins chère. La réduction de TVA pour les panneaux solaires, les pompes à chaleur et les chauffe-eau solaires court jusqu'à la fin de 2023", a de son côté rappelé la ministre de l'Energie, Tinne Van der Straeten (Groen), devant la presse. "Parallèlement, le gouvernement s'est engagé à travailler d'ici à la conception du Budget 2023 sur la transformation du Fonds Social Energie et celle de la TVA sur l'énergie en accises. Après ces mesures conjoncturelles, les écologistes veulent en effet des mesures structurelles protégeant les plus vulnérables et contribuant à réduire encore le plus rapidement possible notre dépendance aux importations d'énergie fossile", a ajouté le vice-Premier Ecolo Georges Gilkinet.