Le sommet du G20 s'est déroulé ce weekend à Osaka au Japon et comme il fallait s'y attendre, c'est un sommet qui s'est terminé avec des déclarations creuses.

Je vous donne un seul exemple : il y avait une session sur l'émancipation des femmes et notamment sur le plan professionnel, une session pourtant animée par Ivanka Trump, la fille de Donald Trump. Et le résultat ? C'est que le premier ministre japonais qui accueillait ce G20 a déclaré qu'il fallait "faire plus". Faire plus, mais quoi ? Mystère et boule de gomme !

En fait, ce G20 n'aurait pas dû s'écrire G20 mais G vain ! En réalité, cet échec est une demi surprise. Pourquoi ? Parce que le G20 a été mis en place pour que les 20 premières puissances économiques mondiales se retrouvent régulièrement pour assurer la stabilité financière mondiale.

Son objectif était aussi de trouver une réponse commune aux défis transnationaux que sont le terrorisme, le changement climatique ou l'évasion fiscale.

Pourquoi ce sommet du G20 a été un échec

Mais aujourd'hui, sous l'influence de Donald Trump, le G20 est devenu un sommet de plusieurs G2 simultanés. Autrement dit, ce qui compte ce n'est plus que tout le monde discute avec tout le monde, mais que chacun voit chacun en face-à-face ! Le meilleur exemple de cela, c'est évidemment Donald Trump : il a profité du G20 pour recevoir en bilatéral le président chinois, la chancelière allemande, le premier ministre Indien, etc.

En fait, l'autre raison pour laquelle le G20 ne fonctionne plus, c'est qu'aujourd'hui, il y a deux camps : il y a ceux qui croient encore dans le libéralisme économique comme Emmanuel Macron et puis d'autres comme Poutine qui pensent que la démocratie libérale a fait son temps. Dans une interview qu'il a accordée au Financial Times juste avant l'ouverture du G20, le président russe a déclaré que les idées libérales étaient dépassées : selon lui, le monde ne veut plus d'une immigration incontrôlée, de frontières ouvertes et le monde ne veut plus du multiculturalisme. Autrement dit, le monde selon Poutine rejetterait toutes les valeurs libérales au sens anglo-saxon du terme. Voilà pourquoi ce sommet du G20 a été un échec. Ils étaient tous là, mais au lieu de parler d'une même voix, chaque chef d'Etat est venu au Japon avec son propre agenda et ses propres obsessions.