Parmi les dossiers, "c'est incontestablement la fermeture des centrales nucléaires qui suscite le plus d'inquiétude", selon le patron des patrons.

L'accord de gouvernement prévoit l'extinction de la production nucléaire du pays à l'horizon 2025 sauf si, en novembre prochain, un examen relatif notamment à la sécurité d'approvisionnement ouvre la voie à la prolongation de deux réacteurs.

"Début août, nous avons le rapport du Giec qui dit qu'il faut réaliser un maximum d'efforts pour diminuer la production de CO2 et nous, en Belgique, nous allons construire des centrales au gaz pour compenser la fermeture du nucléaire ?", s'interroge M. Timmermans, qui craint aussi que l'indépendance énergétique de la Belgique ne soit plus garantie. "Mais qu'est-ce qu'on est en train de faire en Belgique ?"

Parmi les dossiers, "c'est incontestablement la fermeture des centrales nucléaires qui suscite le plus d'inquiétude", selon le patron des patrons. L'accord de gouvernement prévoit l'extinction de la production nucléaire du pays à l'horizon 2025 sauf si, en novembre prochain, un examen relatif notamment à la sécurité d'approvisionnement ouvre la voie à la prolongation de deux réacteurs. "Début août, nous avons le rapport du Giec qui dit qu'il faut réaliser un maximum d'efforts pour diminuer la production de CO2 et nous, en Belgique, nous allons construire des centrales au gaz pour compenser la fermeture du nucléaire ?", s'interroge M. Timmermans, qui craint aussi que l'indépendance énergétique de la Belgique ne soit plus garantie. "Mais qu'est-ce qu'on est en train de faire en Belgique ?"