Krugman, qui est professeur à l'université de Princeton, au New Jersey, et chroniqueur au New York Times, affirme cette thèse sur son blog. Il réagit à la montée du PVV (Parti pour la liberté) de Geert Wilders et du SP (Parti socialiste) aux Pays-Bas : ce sont des "partis extrémistes" alimentés par une économie politique néfaste d'austérité.

"Cela ne fonctionne pas " écrit Krugman. "Cette politique mène à une population frustrée qui ne trouve plus de "politiques respectables" prêts à aller à l'encontre de la pensée unitaire dominante.

Politique d'austérité Lorsque Krugman compare les principaux indicateurs économiques, il constate que la Belgique ne s'en tire pas plus mal que les Pays-Bas sans politique d'austérité soutenue. La Belgique paie un peu plus d'intérêts sur ses obligations d'état, mais dans notre pays le chômage a beaucoup moins augmenté depuis la crise (0,5 pour cent contre 2,7 pour cent aux Pays-Bas).

Krugman qualifie la Belgique de "pays à la politique dysfonctionnelle notoire" où les politiques parlent littéralement plusieurs langues. Mais il estime que dans ce cas-ci c'est une bonne chose : "En général, il est difficile de se défaire de l'impression que la Belgique est mieux servie par la paralysie politique que les Pays-Bas avec sa détermination unanime à faire exactement ce qu'il ne faut pas."

En revanche, le gagnant du prix Nobel ne mentionne nulle part la N-VA, qui tout comme le PVV et le SP aux Pays-Bas, doit également son succès à la crise.

Krugman, qui est professeur à l'université de Princeton, au New Jersey, et chroniqueur au New York Times, affirme cette thèse sur son blog. Il réagit à la montée du PVV (Parti pour la liberté) de Geert Wilders et du SP (Parti socialiste) aux Pays-Bas : ce sont des "partis extrémistes" alimentés par une économie politique néfaste d'austérité. "Cela ne fonctionne pas " écrit Krugman. "Cette politique mène à une population frustrée qui ne trouve plus de "politiques respectables" prêts à aller à l'encontre de la pensée unitaire dominante. Politique d'austérité Lorsque Krugman compare les principaux indicateurs économiques, il constate que la Belgique ne s'en tire pas plus mal que les Pays-Bas sans politique d'austérité soutenue. La Belgique paie un peu plus d'intérêts sur ses obligations d'état, mais dans notre pays le chômage a beaucoup moins augmenté depuis la crise (0,5 pour cent contre 2,7 pour cent aux Pays-Bas). Krugman qualifie la Belgique de "pays à la politique dysfonctionnelle notoire" où les politiques parlent littéralement plusieurs langues. Mais il estime que dans ce cas-ci c'est une bonne chose : "En général, il est difficile de se défaire de l'impression que la Belgique est mieux servie par la paralysie politique que les Pays-Bas avec sa détermination unanime à faire exactement ce qu'il ne faut pas." En revanche, le gagnant du prix Nobel ne mentionne nulle part la N-VA, qui tout comme le PVV et le SP aux Pays-Bas, doit également son succès à la crise.