Le Groupe des Dix a demandé au gouvernement de prolonger d'un à trois mois les mesures anticrise, qui expirent en principe le 31 décembre 2010. Le gouvernement a indiqué qu'il était prêt à prolonger mais pour un mois seulement.

"C'est court mais mieux que rien : certaines entreprises auront vraiment besoin de ces mesures pendant le mois de janvier", indique Paul Soete, qui espère qu'une solution pourra être trouvée et que les mesures pourront à nouveau être prolongées.

Mesures anticrise : "Une prolongation d'un mois ne permet guère de faire évoluer la situation" (SNI)

Si Agoria soutient une prolongation des mesures pour une année complète, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) plaide, pour sa part, pour une prolongation au moins jusqu'à la fin de juin 2011 : "Une prolongation d'un mois ne permet guère de faire évoluer la situation", a indiqué le SNI.

D'après un sondage du Syndicat, 80 % des entreprises pourraient avoir besoin de ces mesures. Sans nouvelle prolongation, 30 % des PME pourraient être contraintes de licencier du personnel et un sixième d'entre elles pourraient même faire faillite.

Trends.be, avec Belga

Le Groupe des Dix a demandé au gouvernement de prolonger d'un à trois mois les mesures anticrise, qui expirent en principe le 31 décembre 2010. Le gouvernement a indiqué qu'il était prêt à prolonger mais pour un mois seulement. "C'est court mais mieux que rien : certaines entreprises auront vraiment besoin de ces mesures pendant le mois de janvier", indique Paul Soete, qui espère qu'une solution pourra être trouvée et que les mesures pourront à nouveau être prolongées. Mesures anticrise : "Une prolongation d'un mois ne permet guère de faire évoluer la situation" (SNI) Si Agoria soutient une prolongation des mesures pour une année complète, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) plaide, pour sa part, pour une prolongation au moins jusqu'à la fin de juin 2011 : "Une prolongation d'un mois ne permet guère de faire évoluer la situation", a indiqué le SNI. D'après un sondage du Syndicat, 80 % des entreprises pourraient avoir besoin de ces mesures. Sans nouvelle prolongation, 30 % des PME pourraient être contraintes de licencier du personnel et un sixième d'entre elles pourraient même faire faillite. Trends.be, avec Belga