Quelques grands pays appliquent toutefois des taxes : la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne. Les petits pays ont plus de difficultés. La Belgique a bien tenté - sans jamais y parvenir - de taxer les tickets d'avion mais des compagnies comme Ryanair ont promis des fermetures de lignes si cela devenait le cas. L'Irlande et les Pays-Bas ont aussi renoncé.
...

Quelques grands pays appliquent toutefois des taxes : la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne. Les petits pays ont plus de difficultés. La Belgique a bien tenté - sans jamais y parvenir - de taxer les tickets d'avion mais des compagnies comme Ryanair ont promis des fermetures de lignes si cela devenait le cas. L'Irlande et les Pays-Bas ont aussi renoncé. L'idée d'une taxation européenne avait été avancée par les Pays-Bas lors d'un conseil des ministres des Finances. Cette fois, c'est au tour de la Belgique, par la voix de Jean-Luc Crucke, ministre wallon qui représentait la Belgique au conseil européen des ministres de l'Environnement. A l'heure où nous bouclions ce magazine, le résultat de ces discussions n'était pas connu. S'il intéresse suffisamment d'Etats, le sujet pourrait suivre son chemin, avec la prochaine Commission qui sera installée après les élections européennes de mai. Le régime fiscal avantageux du transport aérien est un héritage du temps où les compagnies aériennes étaient essentiellement publiques. Aujourd'hui, ce régime paraît singulier car tous les autres modes de transport de personnes (voiture, autocars, trains internationaux) sont taxés. Il y a donc un souci concurrentiel. Qui se double aujourd'hui d'un débat environnemental. L'association des compagnies aériennes européennes A4E demande, au contraire, que les taxes existant en Allemagne, en Grande-Bretagne ou en France, soient supprimées. " Il faut noter que l'aviation est l'un des transports les moins subsidiés et paie cher l'infrastructure qu'il utilise, justifie, dans une note récente, Thomas Biering, policy director de A4E. L'Agence européenne pour l'environnement (EEA) estimait en 2015 que les subsides annuels pour le transport routier atteignaient 125 milliards d'euros, et 73 milliards d'euros pour le rail. "