"Nous constatons que le nombre d'attaques de cyberespionnage ayant vraisemblablement un contexte chinois a diminué ces dernières années", explique le directeur de la BfV Hans-Georg Maaßen, mais, dans le même temps, le nombre de reprises d'entreprises a septuplé.

Le président de l'institution a souligné le danger que représentait ce "braconnage" de sociétés en Allemagne, à savoir une décision politique, de savoir "jusqu'où nous sommes prêts à agir pour réguler".

L'an dernier, en Allemagne, les investisseurs chinois ont entre autres racheté le producteur de robots industriels Kuka et le constructeur de machines KraussMaffei. De telles acquisitions dans le secteur du savoir-faire allemand avaient suscité de vives inquiétudes dans les cercles politiques et économiques.

"Nous constatons que le nombre d'attaques de cyberespionnage ayant vraisemblablement un contexte chinois a diminué ces dernières années", explique le directeur de la BfV Hans-Georg Maaßen, mais, dans le même temps, le nombre de reprises d'entreprises a septuplé.Le président de l'institution a souligné le danger que représentait ce "braconnage" de sociétés en Allemagne, à savoir une décision politique, de savoir "jusqu'où nous sommes prêts à agir pour réguler". L'an dernier, en Allemagne, les investisseurs chinois ont entre autres racheté le producteur de robots industriels Kuka et le constructeur de machines KraussMaffei. De telles acquisitions dans le secteur du savoir-faire allemand avaient suscité de vives inquiétudes dans les cercles politiques et économiques.