Au 31 mars, l'Etat avait engrangé 20 milliards d'euros de recettes fiscales, soit 372,1 millions d'euros de moins que sur le premier trimestre 2012. Si cette tendance se confirme, il faudra très vraisemblablement un nouveau contrôle budgétaire au début de l'été . C'est ce que pronostique l'Echo dans son édition de mardi.

Le chiffre annoncé pour le premier trimestre est très en deçà de celui retenu lors du contrôle budgétaire de fin mars. Le gouvernement tablait alors sur une croissance de 2,6% des recettes fiscales; contre 4,6% lors de la présentation du budget initial en novembre.

Si cet écart devait se confirmer, cela créerait un trou de 4 milliards d'euros dans le budget 2013. Un recul de trois mois ne permet toutefois pas de tirer des conclusions définitives sur l'évolution des recettes. D'autant que "le dérapage" provient avant tout de l'enrôlement, avec un trou de 1,1 milliard en trois mois, précise l'Echo.

La fiscalité indirecte semble cependant elle aussi en berne au premier trimestre avec des baisses de 2,1% pour les recettes de la TVA; de 2,3% pour les accises et de 3,7% pour les droits d'enregistrement. Ces chiffres constituent de réels signaux d'alarme pour l'économie belge, d'après le quotidien.

Du côté des bonnes nouvelles, le précomptes immobilier et professionnel sont tous deux en hausse, respectivement de 36,5% et 5,2%. Les droits de successions son eux en progression de 25% par rapport au premier trimestre 2012. Cette dernière recette revient cependant aux Régions.

Au 31 mars, l'Etat avait engrangé 20 milliards d'euros de recettes fiscales, soit 372,1 millions d'euros de moins que sur le premier trimestre 2012. Si cette tendance se confirme, il faudra très vraisemblablement un nouveau contrôle budgétaire au début de l'été . C'est ce que pronostique l'Echo dans son édition de mardi. Le chiffre annoncé pour le premier trimestre est très en deçà de celui retenu lors du contrôle budgétaire de fin mars. Le gouvernement tablait alors sur une croissance de 2,6% des recettes fiscales; contre 4,6% lors de la présentation du budget initial en novembre.Si cet écart devait se confirmer, cela créerait un trou de 4 milliards d'euros dans le budget 2013. Un recul de trois mois ne permet toutefois pas de tirer des conclusions définitives sur l'évolution des recettes. D'autant que "le dérapage" provient avant tout de l'enrôlement, avec un trou de 1,1 milliard en trois mois, précise l'Echo.La fiscalité indirecte semble cependant elle aussi en berne au premier trimestre avec des baisses de 2,1% pour les recettes de la TVA; de 2,3% pour les accises et de 3,7% pour les droits d'enregistrement. Ces chiffres constituent de réels signaux d'alarme pour l'économie belge, d'après le quotidien. Du côté des bonnes nouvelles, le précomptes immobilier et professionnel sont tous deux en hausse, respectivement de 36,5% et 5,2%. Les droits de successions son eux en progression de 25% par rapport au premier trimestre 2012. Cette dernière recette revient cependant aux Régions.