Les numéros payants sont utilisés par des fournisseurs de services pour proposer de l'information, des jeux ou encore un vote en échange d'un tarif plus élevé. Au sein de ce segment, un nombre important d'abus sont constatés.

"Les consommateurs se plaignaient de leurs factures auprès des opérateurs", explique Ilse Haesaert, experte à la fédération technologique Agoria. "Or, si les opérateurs télécom fournissent les numéros, ils ne sont pas responsables du contenu."

Après un an de tractations, les opérateurs Voo, Orange, Proximus, Telenet et Colt ont donc établi une procédure claire. L'objectif est d'éviter que les clients soient renvoyés d'un service à l'autre.

Concrètement, lorsqu'un consommateur constate un problème avec sa facture, il doit désormais s'adresser au fournisseur de service (le contenu du numéro payant). S'il ne reçoit pas de réponse dans les cinq jours, sa plainte est automatiquement jugée fondée et il est remboursé.

Les opérateurs s'engagent ainsi à davantage de transparence et devront partager les informations sur le fournisseurs de service ainsi que sur la marche à suivre. Ils collaboreront aussi mieux entre eux afin d'éviter qu'un fournisseur bloqué ne tente sa chance chez un autre opérateur.

"Il nous reste une difficulté: un opérateur (3starsnet, ndlr) n'a pas souhaité participer à l'initiative. Nous allons donc transposer ces règles dans un arrêté royal afin de les rendre contraignantes pour tous les acteurs", a promis Alexander De Croo. L'arrêté royal est attendu d'ici le 1er janvier 2018.

Les numéros payants sont utilisés par des fournisseurs de services pour proposer de l'information, des jeux ou encore un vote en échange d'un tarif plus élevé. Au sein de ce segment, un nombre important d'abus sont constatés. "Les consommateurs se plaignaient de leurs factures auprès des opérateurs", explique Ilse Haesaert, experte à la fédération technologique Agoria. "Or, si les opérateurs télécom fournissent les numéros, ils ne sont pas responsables du contenu." Après un an de tractations, les opérateurs Voo, Orange, Proximus, Telenet et Colt ont donc établi une procédure claire. L'objectif est d'éviter que les clients soient renvoyés d'un service à l'autre. Concrètement, lorsqu'un consommateur constate un problème avec sa facture, il doit désormais s'adresser au fournisseur de service (le contenu du numéro payant). S'il ne reçoit pas de réponse dans les cinq jours, sa plainte est automatiquement jugée fondée et il est remboursé. Les opérateurs s'engagent ainsi à davantage de transparence et devront partager les informations sur le fournisseurs de service ainsi que sur la marche à suivre. Ils collaboreront aussi mieux entre eux afin d'éviter qu'un fournisseur bloqué ne tente sa chance chez un autre opérateur. "Il nous reste une difficulté: un opérateur (3starsnet, ndlr) n'a pas souhaité participer à l'initiative. Nous allons donc transposer ces règles dans un arrêté royal afin de les rendre contraignantes pour tous les acteurs", a promis Alexander De Croo. L'arrêté royal est attendu d'ici le 1er janvier 2018.