Face à l'arrivée de l'impôt des sociétés, les intercommunales ont préféré jouer la carte de la certitude et redistribuer davantage de bénéfices aux communes. Un certain nombre d'entre elles ont même puisé pour cela dans leurs réserves, d'après une étude que vient de publier Belfius.

Dans les sept secteurs couverts par l'étude, les dividendes versés ont purement et simplement doublé par rapport à l'année précédente: ils se montent à 1,655 milliard en 2014, contre 828 millions en 2013.

Le phénomène est le plus spectaculaire auprès des intercommunales de financement spécialisées dans l'énergie: en 2014, elles ont distribué 762 millions d'euros, alors que les bénéfices de l'année ne dépassaient pas 436 millions.

Face à l'arrivée de l'impôt des sociétés, les intercommunales ont préféré jouer la carte de la certitude et redistribuer davantage de bénéfices aux communes. Un certain nombre d'entre elles ont même puisé pour cela dans leurs réserves, d'après une étude que vient de publier Belfius. Dans les sept secteurs couverts par l'étude, les dividendes versés ont purement et simplement doublé par rapport à l'année précédente: ils se montent à 1,655 milliard en 2014, contre 828 millions en 2013. Le phénomène est le plus spectaculaire auprès des intercommunales de financement spécialisées dans l'énergie: en 2014, elles ont distribué 762 millions d'euros, alors que les bénéfices de l'année ne dépassaient pas 436 millions.