Les Européens sont de plus en plus inquiets face à la crise économique, le chômage arrivant en tête de leurs préoccupations, selon un sondage réalisé dans 11 pays, dont la Belgique, par l'institut allemand d'études de marché GfK. Bien que leur pays soit le moteur économique de l'Europe, ce sont les Allemands qui semblent s'inquiéter du plus grand nombre de sujets, du chômage à la stabilité économique, en passant par l'inflation et les retraites.

Assez naturellement, les Espagnols, avec un taux de chômage de 19,7 % en avril, s'inquiétaient du problème à 74 %, selon le sondage réalisé auprès de 13.200 personnes en février et mars. Mais les Allemands arrivaient en seconde place dans ce palmarès des inquiets avec un taux de 66 %, alors que le chômage n'atteignait chez eux que 7,1 % en avril.

Un bon tiers des Belges interrogés partageaient cette inquiétude alors qu'ils n'étaient que 18 % à se déclarer inquiets sur la question de la criminalité et de l'intégration. Au contraire, les Néerlandais, avec un taux de chômage de 4,1 % étaient parmi les Européens les moins inquiets avec un taux d'inquiétude de 8 % sur le sujet. En Europe, le taux global de chômage est d'environ 10 %.

Trends.be, avec Belga

Les Européens sont de plus en plus inquiets face à la crise économique, le chômage arrivant en tête de leurs préoccupations, selon un sondage réalisé dans 11 pays, dont la Belgique, par l'institut allemand d'études de marché GfK. Bien que leur pays soit le moteur économique de l'Europe, ce sont les Allemands qui semblent s'inquiéter du plus grand nombre de sujets, du chômage à la stabilité économique, en passant par l'inflation et les retraites.Assez naturellement, les Espagnols, avec un taux de chômage de 19,7 % en avril, s'inquiétaient du problème à 74 %, selon le sondage réalisé auprès de 13.200 personnes en février et mars. Mais les Allemands arrivaient en seconde place dans ce palmarès des inquiets avec un taux de 66 %, alors que le chômage n'atteignait chez eux que 7,1 % en avril.Un bon tiers des Belges interrogés partageaient cette inquiétude alors qu'ils n'étaient que 18 % à se déclarer inquiets sur la question de la criminalité et de l'intégration. Au contraire, les Néerlandais, avec un taux de chômage de 4,1 % étaient parmi les Européens les moins inquiets avec un taux d'inquiétude de 8 % sur le sujet. En Europe, le taux global de chômage est d'environ 10 %.Trends.be, avec Belga