Le marché chinois est le neuvième en termes de nuitées pour Bruxelles et le sixième pour la Wallonie. Mais tant dans une région que dans l'autre, la croissance est vive, et devrait, selon les premières données disponibles, atteindre respectivement 12 et 27% en 2019.

Mais face au 1,4 milliard de touristes chinois potentiels, les dizaines de milliers de nuitées dans la capitale (145.000 en 2018) et au sud du pays peuvent sans conteste se faire plus nombreuses.

Attirer les voyageurs chinois, c'est l'objectif d'une vingtaine de prestataires touristiques belges présents lors de la mission économique princière de cette fin novembre. Les Bruxellois y vantent, principalement auprès des tours opérateurs, le caractère cosmopolite et culturel de la ville quand les Wallons présentent leur région comme "chinese friendly", avançant leur "label qualité Chine", qui garantit des services et produits adaptés aux normes du client chinois. Mais peut-on seulement présenter la Belgique sans passer par les plaisirs de la table? Les cartes de visite que sont la pâtisserie et les bières sont naturellement au programme des rencontres.