Vingt-quatre pour cent des Européens (+ 3 points par rapport au dernier sondage de novembre 2013) pensent que la situation économique s'améliorera durant les douze prochains mois, tandis que 25% pensent le contraire (en baisse de 5 points). Une petite moitié (47%) pensent que la situation ne changera pas.

Côté belge, la confiance économique est un peu meilleure, à 29% (+3 points), contre 21% (-5 points), tandis que 50% prévoient une stabilité. Le pessimisme économique reste surtout marqué dans le pays les plus frappés par la crise, même si la confiance enregistre des progrès nets. En Grèce, 56% des sondés estiment que la situation va se détériorer (en baisse de 7 points). Au Portugal, le taux atteint 45% (en baisse de 12 points), à Chypre 43% (en baisse de 29 points) et en Slovénie 42% (en baisse de 14 points).

La confiance dans les institutions européennes est également en légère amélioration, même si elle reste très faible. Une large moitié des Européens (59%) n'ont plutôt pas confiance dans l'UE tandis que 32% ont plutôt confiance en elle. Les autres 9% n'ont pas d'opinion sur le sujet.

L'Estonie et la Roumanie sont les deux pays comptant le plus de citoyens confiants (58%). A l'inverse, 81% des Grecs et 74% des Chypriotes n'ont pas confiance dans l'Union. Au Portugal et en Espagne, deux autres pays durement touchés par la crise, respectivement 70% et 67% des citoyens n'ont pas confiance dans l'UE.

En France et en Allemagne également une majorité de citoyens (respectivement 63% et 59%) n'ont pas confiance dans l'UE. 28% des Français et 31% des Allemands affirment au contraire avoir confiance dans l'UE. En Belgique, la confiance de la population dans l'UE est parfaitement équilibrée: 49% des citoyens lui font plutôt confiance, tandis que 49% s'en méfient.

Vingt-quatre pour cent des Européens (+ 3 points par rapport au dernier sondage de novembre 2013) pensent que la situation économique s'améliorera durant les douze prochains mois, tandis que 25% pensent le contraire (en baisse de 5 points). Une petite moitié (47%) pensent que la situation ne changera pas. Côté belge, la confiance économique est un peu meilleure, à 29% (+3 points), contre 21% (-5 points), tandis que 50% prévoient une stabilité. Le pessimisme économique reste surtout marqué dans le pays les plus frappés par la crise, même si la confiance enregistre des progrès nets. En Grèce, 56% des sondés estiment que la situation va se détériorer (en baisse de 7 points). Au Portugal, le taux atteint 45% (en baisse de 12 points), à Chypre 43% (en baisse de 29 points) et en Slovénie 42% (en baisse de 14 points). La confiance dans les institutions européennes est également en légère amélioration, même si elle reste très faible. Une large moitié des Européens (59%) n'ont plutôt pas confiance dans l'UE tandis que 32% ont plutôt confiance en elle. Les autres 9% n'ont pas d'opinion sur le sujet. L'Estonie et la Roumanie sont les deux pays comptant le plus de citoyens confiants (58%). A l'inverse, 81% des Grecs et 74% des Chypriotes n'ont pas confiance dans l'Union. Au Portugal et en Espagne, deux autres pays durement touchés par la crise, respectivement 70% et 67% des citoyens n'ont pas confiance dans l'UE. En France et en Allemagne également une majorité de citoyens (respectivement 63% et 59%) n'ont pas confiance dans l'UE. 28% des Français et 31% des Allemands affirment au contraire avoir confiance dans l'UE. En Belgique, la confiance de la population dans l'UE est parfaitement équilibrée: 49% des citoyens lui font plutôt confiance, tandis que 49% s'en méfient.