Leopold Lippens, bourgmestre de Knokke, était parti en croisade contre ce chenal. Celui-ci transformerait les eaux littorales en égout à ciel ouvert, ferait fuir les touristes et chuter le prix des appartements en bord de mer, ...

Leopold Lippens, bourgmestre de Knokke, était parti en croisade contre ce chenal. Celui-ci transformerait les eaux littorales en égout à ciel ouvert, ferait fuir les touristes et chuter le prix des appartements en bord de mer, estime-t-il. Non content de marquer son opposition à grand renfort d'affiches, le bourgmestre était parvenu à réunir plus de 30.000 signatures d'habitants ou seconds résidents au bas d'une pétition et près de 5.000 recours avaient été introduits auprès du SPF Santé publique et Environnement. Un site internet stopheteiland.be avait même été créé pour l'occasion. Tant d'agitation a fini par payer. Le dernier conseil des ministres du gouvernement Michel Ier a en effet marqué son accord sur diverses modifications du plan d'aménagement 2020-2026 des espaces marins parmi lesquelles " le déplacement de l'île d'essais pour la défense côtière ". Vers où ? Personne ne le sait. Mais qu'importe. Entre-temps, Knokkois et Zoutois ne boudent pas leur bonheur et cela d'autant plus que le gouvernement flamand vient de débloquer un maximum de 17 millions d'euros pour ré-ensabler et rehausser les plages du littoral.