Le temps file très vite. Mon Dieu, nous sommes déjà presque à la fin de l'année et je n'ai pas vu le temps passer.

Voilà les deux phrases que j'ai le plus entendu cette semaine. Y compris de la part de personnes plutôt jeunes.

Ce phénomène d'accélération du temps n'est hélas pas seulement un ressenti, c'est bêtement la réalité de tous les jours. J'en ai déjà parlé ici même mais je ne résiste pas à concrétiser cette notion de vitesse. Bill Gross, un américain, patron d'un incubateur américain, s'est un jour amusé à calculer le nombre de jours qu'il fallait pour qu'une nouvelle innovation, autrement dit pour qu'un nouveau produit ou service, touche 50 millions de consommateurs ou 50 millions d'usagers.

Ce n'est pas un calcul simple à réaliser mais Bill Gross l'a fait et ce calcul en dit plus sur l'accélération du temps que n'importe quel autre discours.

D'après vous, combien de temps a-t-il fallu pour que l'avion transporte 50 millions de passagers ? Réponse : 68 ans. La voiture a mis 50 ans pour dépasser les 50 millions de conducteurs. La télévision, notre bonne vieille lucarne, a mis 22 ans pour atteindre 50 millions de téléspectateurs. Les distributeurs de billets, il a fallu compter 18 ans.

Vous voyez, ce sont des délais respectables qui permettaient aux consommateurs de s'adapter à ces nouveautés. Faisons un saut de puce et regardons les mêmes "inventions" si je puis dire mais côté révolution numérique : il a fallu seulement 4 ans à YouTube pour toucher 50 millions d'usagers - c'est rien - de même, il n'a fallu que 3 ans à Facebook pour conquérir le coeur de 50 millions d'amis, quant à Twitter, le média social préféré de Donald Trump, il lui aura fallu à peine 2 ans pour atteindre 50 millions d'usagers.

Et je termine cette litanie par Pokémon Go, un jeu vidéo très addictif qui a rapporté des milliards de dollars à ses éditeurs, et Pokémon Go n'a mis que 18 jours pour toucher 50 millions de fans.

Vous avez donc bien compris le calcul de Bill Gross, nous sommes passé de 68 ans à 19 jours pour toucher 50 millions de consommateurs.

C'est à la fois génial et vertigineux ! Je rappelle que l'iPhone, le produit emblématique de notre période, n'existait pas avant 2007. Et 2007, c'était il y a 12 ans à peine, il y a un siècle !