Selon les estimations du SPF Finances, cette baisse des intérêt notionnels aura un impact budgétaire positif de 235 millions d'euros lors de l'exercice d'imposition 2016, qui portera sur les revenus des entreprises de 2015. "L'impact en 2017 serait encore d'une centaine de millions d'euros", ajoute le service public. En tout, plus de 300 millions d'euros sortiront donc des comptes de résultat des entreprises pour rejoindre les caisses de l'État.

L'administration fiscale indique cependant que cette estimation est sujette à des évolutions car la diminution du taux des intérêts notionnels "pourrait engendrer à la fois une augmentation d'autres postes de déduction, comme par exemple les pertes des années antérieures, et sortir des effets sur la décision de la localisation ou délocalisation de certaines entreprises". La base imposable peut donc encore évoluer.

Selon les estimations du SPF Finances, cette baisse des intérêt notionnels aura un impact budgétaire positif de 235 millions d'euros lors de l'exercice d'imposition 2016, qui portera sur les revenus des entreprises de 2015. "L'impact en 2017 serait encore d'une centaine de millions d'euros", ajoute le service public. En tout, plus de 300 millions d'euros sortiront donc des comptes de résultat des entreprises pour rejoindre les caisses de l'État. L'administration fiscale indique cependant que cette estimation est sujette à des évolutions car la diminution du taux des intérêts notionnels "pourrait engendrer à la fois une augmentation d'autres postes de déduction, comme par exemple les pertes des années antérieures, et sortir des effets sur la décision de la localisation ou délocalisation de certaines entreprises". La base imposable peut donc encore évoluer.