Selon eux, la commission de l'index ne tient pas compte des baisses du prix des télécommunications. "Si nous calculons un bon indice des télécommunications sur la base des chiffres de l'IBPT relatifs à l'évolution des prix et aux parts de marché, nous obtenons une baisse des prix de 28,7% depuis 2008", écrivent-ils. "S'il était tenu compte de cette diminution dans l'index, l'indexation des salaires aurait été inférieure de 0,62% depuis 2008".

Ils affirment que cela représente pour les employeurs du secteur privé une charge de 1 milliard d'euros qui aurait pu être ainsi économisée, et une diminution des dépenses de 600 millions d'euros pour les pouvoirs publics.

Agoria plaide pour une adaptation rapide du calcul de l'indice des services de télécommunications. "L'index doit maintenant être réformé et l'excès d'indexation doit être récupéré dans les prochaines indexations", insistent-ils.

Selon eux, la commission de l'index ne tient pas compte des baisses du prix des télécommunications. "Si nous calculons un bon indice des télécommunications sur la base des chiffres de l'IBPT relatifs à l'évolution des prix et aux parts de marché, nous obtenons une baisse des prix de 28,7% depuis 2008", écrivent-ils. "S'il était tenu compte de cette diminution dans l'index, l'indexation des salaires aurait été inférieure de 0,62% depuis 2008". Ils affirment que cela représente pour les employeurs du secteur privé une charge de 1 milliard d'euros qui aurait pu être ainsi économisée, et une diminution des dépenses de 600 millions d'euros pour les pouvoirs publics. Agoria plaide pour une adaptation rapide du calcul de l'indice des services de télécommunications. "L'index doit maintenant être réformé et l'excès d'indexation doit être récupéré dans les prochaines indexations", insistent-ils.