"Les pays du Mercosur ont présenté la liste des produits et articles, (et) plus de 93% de ce que nous produisons, nous le mettons à disposition pour parvenir à un traité de libre-échange", a déclaré le dirigeant, dont le pays exerce la présidence temporaire du Mercosur.

En octobre, le Mercosur avait offert à Bruxelles d'inclure 87% de son marché dans un éventuel accord, mais plusieurs pays de l'UE avaient rejeté l'offre, la jugeant insuffisante alors que l'Union souhaitait plutôt 91,5%.

"Nous attendons que l'Union européenne décide", a indiqué Tabaré Vazquez, soulignant l'amplitude de la proposition formulée par les membres fondateurs du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay).

Les négociations en vue d'un traité de libre commerce entre UE et Mercosur ont repris en 2010 après une interruption de six ans.

Selon M. Vazquez, "maintenant c'est l'Union européenne qui a des problèmes (avec ce traité, ndlr), surtout en raison de certains aspects liés au protectionnisme agricole".

"Il peut y avoir la France (parmi ces pays, ndlr) mais aussi d'autres pays qui s'y opposent car ce sont des producteurs d'aliments et ils voient cela comme une concurrence", a ajouté le président, qui reçoit jeudi à Montevideo François Hollande, pour une visite de quelques heures concluant la tournée du chef de l'Etat français en Amérique latine (Pérou, Argentine, Uruguay).

"Les pays du Mercosur ont présenté la liste des produits et articles, (et) plus de 93% de ce que nous produisons, nous le mettons à disposition pour parvenir à un traité de libre-échange", a déclaré le dirigeant, dont le pays exerce la présidence temporaire du Mercosur. En octobre, le Mercosur avait offert à Bruxelles d'inclure 87% de son marché dans un éventuel accord, mais plusieurs pays de l'UE avaient rejeté l'offre, la jugeant insuffisante alors que l'Union souhaitait plutôt 91,5%. "Nous attendons que l'Union européenne décide", a indiqué Tabaré Vazquez, soulignant l'amplitude de la proposition formulée par les membres fondateurs du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay). Les négociations en vue d'un traité de libre commerce entre UE et Mercosur ont repris en 2010 après une interruption de six ans. Selon M. Vazquez, "maintenant c'est l'Union européenne qui a des problèmes (avec ce traité, ndlr), surtout en raison de certains aspects liés au protectionnisme agricole". "Il peut y avoir la France (parmi ces pays, ndlr) mais aussi d'autres pays qui s'y opposent car ce sont des producteurs d'aliments et ils voient cela comme une concurrence", a ajouté le président, qui reçoit jeudi à Montevideo François Hollande, pour une visite de quelques heures concluant la tournée du chef de l'Etat français en Amérique latine (Pérou, Argentine, Uruguay).