Le président américain Donald Trump a taxé une nouvelle tranche de 200 milliards de dollars d'importations chinoises et envoyé une rafales de tweets rageurs. Et les commentaires sont partagés. Certains estiment en effet que si le président américain adopte un style peu orthodoxe et brutal, au moins, il protège son économie. Vraiment ? Ces mesures sont-elles véritablement protectrices et efficaces ? On se permet d'en douter.
...

Le président américain Donald Trump a taxé une nouvelle tranche de 200 milliards de dollars d'importations chinoises et envoyé une rafales de tweets rageurs. Et les commentaires sont partagés. Certains estiment en effet que si le président américain adopte un style peu orthodoxe et brutal, au moins, il protège son économie. Vraiment ? Ces mesures sont-elles véritablement protectrices et efficaces ? On se permet d'en douter.D'abord parce qu'une des grandes causes de l'accroissement du déficit commercial américain, c'est Donald Trump lui-même. En stimulant artificiellement l'économie de son pays en creusant le déficit de l'Etat et en réduisant la fiscalité des entreprises et des ménages les plus riches, il a incité les Américains à consommer davantage, et donc, à acheter davantage de biens étrangers... Mais ces mesures protectionnistes elles-mêmes manquent totalement leurs cibles. En fait, l'addition sera surtoutsupportée par les consommateurs américains. Car ils continueront d'acheter des produits chinois, mais... à un prix plus élevé. Certains produits américains contiennent en effet des composants chinois, qui seront donc simplement facturés plus cher aux entreprises américaines. Les entreprises chinoises exportent aussi des produits difficilement substituables dans l'immédiat par des produits américains. Avec leur montée en gamme, la demande pour les produits chinois est également moins sensible au prix. Et puis, finalement, même avec ces taxes, un certain nombre de produits chinois peuvent encore être moins chers que leurs concurrents américains. Bref, les entreprises chinoises qui se voient imposer des droits de douane américains sur leurs produits ne cherchent pas à baisser leurs marges. Elles répercutent simplement ces taxes dans leur prix de vente, réduisant ainsi le pouvoir d'achat des Américains. Un comportement qui n'est d'ailleurs pas uniquement imputable aux entreprises chinoises : quand Donald Trump a annoncé qu'il imposait un droit de douane de 20%, voire plus, sur les machines à laver sud-coréennes, le conglomérat LG, immédiatement, a indiqué qu'il relevait ses prix aux Etats-Unis. Certains ont calculé combienles consommateurs américains ont déjà payé depuis l'instauration de cette guerre commerciale. Le montant de la facture est assez croquignolet. Selon une étude réalisée par la Réserve fédérale de New York et les universités de Columbia et Princeton, ils ont été " surfacturés " l'an dernier d'environ 7 milliards de dollars. Et avec les nouveaux tarifs qui viennent d'entrer en vigueur, l'addition devrait être plus lourde cette année encore. Et si la guerre commerciale se généralise, nous en subirons aussi les conséquences. Ces tarifs douaniers sont doncinefficaces et inéquitables. Mais à l'aune du PIB américain, qui dépasse les 21.000 milliards de dollars, les effets de cette taxe ne sont pas très importants et ne sont pas en mesure de déstabiliser à eux seuls l'économie mondiale. Toutefois, comme le fait remarquerle prix Nobel d'économie Paul Krugman, les conséquences des tensions commerciales ne sont pas seulement économiques. La guerre commerciale ébranle en effet le système politique d'échange mondial mis en place à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale et qui vise, en favorisant le commerce international, à tisser des liens pacifiques entre les nations, voire à apporter également la démocratie. Ce que Donald Trump met en danger aujourd'hui par ces mesures protectionnistes irréfléchies, ce n'est pas seulement le pouvoir d'achat des consommateurs. C'est aussi l'ensemble de cette " Pax Americana ". Et cela, c'est beaucoup plus inquiétant.