Le chômage économique a explosé en janvier 2009 et atteint un sommet entre février et avril 2009. En mars et avril 2009, respectivement 25 % et 24 % des ouvriers ont été au moins un jour par mois au chômage économique. On a connu cependant une forte baisse à partir d'avril, et durant la période de vacances (juillet/août 2009), le chômage économique a baissé jusqu'à 12 %. Mais depuis lors, on constate une hausse continue.

En février 2010, un ouvrier belge sur six (16 %) était de nouveau chômeur économique. Une proportion deux fois plus élevée que dans la période antérieure à la crise, où en moyenne 6 % des ouvriers étaient au chômage économique.

Ce sont surtout des secteurs comme la construction de machines, la construction automobile, l'industrie alimentaire, les bureaux et les organisateurs de voyage, la réparation d'ordinateurs et d'articles de consommation et les services sociaux sans hébergement qui ont vu leur chômage économique fortement augmenter. Les produits informatiques, l'électronique et les appareils électriques ont, à l'inverse, connu une baisse.

Les grandes entreprises ont davantage eu recours au chômage économique que les PME. Des différences existent également au niveau régional : alors que le chômage économique n'est que de 3 % inférieur en Flandre et Wallonie par rapport à l'année passée, la baisse est de 11 % à Bruxelles.

Trends.be, avec Belga

Le chômage économique a explosé en janvier 2009 et atteint un sommet entre février et avril 2009. En mars et avril 2009, respectivement 25 % et 24 % des ouvriers ont été au moins un jour par mois au chômage économique. On a connu cependant une forte baisse à partir d'avril, et durant la période de vacances (juillet/août 2009), le chômage économique a baissé jusqu'à 12 %. Mais depuis lors, on constate une hausse continue.En février 2010, un ouvrier belge sur six (16 %) était de nouveau chômeur économique. Une proportion deux fois plus élevée que dans la période antérieure à la crise, où en moyenne 6 % des ouvriers étaient au chômage économique.Ce sont surtout des secteurs comme la construction de machines, la construction automobile, l'industrie alimentaire, les bureaux et les organisateurs de voyage, la réparation d'ordinateurs et d'articles de consommation et les services sociaux sans hébergement qui ont vu leur chômage économique fortement augmenter. Les produits informatiques, l'électronique et les appareils électriques ont, à l'inverse, connu une baisse.Les grandes entreprises ont davantage eu recours au chômage économique que les PME. Des différences existent également au niveau régional : alors que le chômage économique n'est que de 3 % inférieur en Flandre et Wallonie par rapport à l'année passée, la baisse est de 11 % à Bruxelles.Trends.be, avec Belga