Est-ce que l'OCDE ou une autre institution internationale n'aurait pas un poste de direction ouvert pour un membre du CD&V mécontent ? Car avec le vice-Premier ministre Kris Peeters, ou par extension l'ensemble du CD&V, on ne va nulle part. De caillou dans la chaussure du gouvernement Michel, Kris Peeters s'est transformé ces derniers jours en boulet. L'exigence de ramener un trophée fiscal sous la forme d'un impôt sur la plus-value sur les actions menace de paralyser la politique de réforme du gouvernement fédéral. Cela hypothéquerait la prospérité de ce pays, car le travail est encore loin d'être terminé. Ce gouvernement a une dernière chance de mettre de l'ordre dans le ménage belge avec des gants de velours et à son propre rythme.
...