Si l'adoption du plan soutenu par la chancelière Angela Merkel ne faisait pas de doute, sa "grande coalition" conservateurs/sociaux-démocrates disposant de 504 députés sur 631, c'est l'ampleur du nombre des opposants au programme au sein des Unions chrétiennes (CDU de Merkel et son alliée bavaroise CSU, 311 élus) qui était surveillée de près.

Au regard des résultats, la chancelière semble cependant avoir échappé à un camouflet des siens. Le découpage du vote par partis doit être annoncé en début d'après-midi par le Bundestag.

Lors d'un vote blanc mardi, ils étaient 54 CDU-CSU à avoir voté non, contre 60 lors du vote du 17 juillet autorisant les négociations sur le troisième plan d'aide à la Grèce.

L'adoption de ce plan est nécessaire pour que la Grèce puisse rembourser jeudi 3,4 milliards d'euros à la Banque centrale européenne.

Si l'adoption du plan soutenu par la chancelière Angela Merkel ne faisait pas de doute, sa "grande coalition" conservateurs/sociaux-démocrates disposant de 504 députés sur 631, c'est l'ampleur du nombre des opposants au programme au sein des Unions chrétiennes (CDU de Merkel et son alliée bavaroise CSU, 311 élus) qui était surveillée de près.Au regard des résultats, la chancelière semble cependant avoir échappé à un camouflet des siens. Le découpage du vote par partis doit être annoncé en début d'après-midi par le Bundestag.Lors d'un vote blanc mardi, ils étaient 54 CDU-CSU à avoir voté non, contre 60 lors du vote du 17 juillet autorisant les négociations sur le troisième plan d'aide à la Grèce.L'adoption de ce plan est nécessaire pour que la Grèce puisse rembourser jeudi 3,4 milliards d'euros à la Banque centrale européenne.