Par rapport à janvier 2020, les importations et les exportations ont accusé respectivement des baisses de 16,1 et 11,7%, alors qu'elles affichaient encore des croissances d'1,4% et 3,7% en décembre 2020.

La moyenne trimestrielle par rapport au trimestre correspondant de 2020 affiche, elle, une baisse de 5,8% pour les importations et de 3,8% pour les exportations.

"Janvier 2021 est le premier mois au cours duquel la libre circulation des biens avec le Royaume-Uni a été interrompue et où de nouvelles formalités aux frontières ont été requises. Les importations et exportations avec le Royaume-Uni se sont contractées en janvier 2021, de -54,4 et -35% respectivement", constate la BNB pour qui il restera à savoir "s'il s'agit d'un effet temporaire ou si ce recul s'explique intégralement par les nouvelles formalités aux frontières."

Les chiffres particulièrement faibles observés en janvier peuvent aussi traduire un contre-coup, après la forte hausse des échanges constatée fin 2020, lorsque nombre d'entreprises avaient anticipé d'éventuels problèmes aux frontières et renouvelé leurs stocks.

Par ailleurs, le commerce de la Belgique avec les autres pays partenaires demeure lui aussi globalement négatif, à l'exception des transactions avec la Chine. Les échanges avec l'Empire du Milieu, qui semble avoir économiquement tourné la page du coronavirus, demeurent robustes, portés par la croissance du commerce de médicaments.

Par rapport à janvier 2020, les importations et les exportations ont accusé respectivement des baisses de 16,1 et 11,7%, alors qu'elles affichaient encore des croissances d'1,4% et 3,7% en décembre 2020. La moyenne trimestrielle par rapport au trimestre correspondant de 2020 affiche, elle, une baisse de 5,8% pour les importations et de 3,8% pour les exportations. "Janvier 2021 est le premier mois au cours duquel la libre circulation des biens avec le Royaume-Uni a été interrompue et où de nouvelles formalités aux frontières ont été requises. Les importations et exportations avec le Royaume-Uni se sont contractées en janvier 2021, de -54,4 et -35% respectivement", constate la BNB pour qui il restera à savoir "s'il s'agit d'un effet temporaire ou si ce recul s'explique intégralement par les nouvelles formalités aux frontières." Les chiffres particulièrement faibles observés en janvier peuvent aussi traduire un contre-coup, après la forte hausse des échanges constatée fin 2020, lorsque nombre d'entreprises avaient anticipé d'éventuels problèmes aux frontières et renouvelé leurs stocks. Par ailleurs, le commerce de la Belgique avec les autres pays partenaires demeure lui aussi globalement négatif, à l'exception des transactions avec la Chine. Les échanges avec l'Empire du Milieu, qui semble avoir économiquement tourné la page du coronavirus, demeurent robustes, portés par la croissance du commerce de médicaments.