Depuis mercredi matin, Davos est devenu l'un des lieux les plus sécurisés du monde. La station grisonne accueille 2.500 invités de plus de 90 pays. Chefs d'Etats, premiers ministres, patrons d'entreprises et des centaines de journalistes convergent vers le Centre des congrès de la ville.

Placée sous le thème "Améliorer l'état du monde: repenser, redessiner, rebâtir", cette 40e édition s'annonce périlleuse, tant les chantiers de réflexion sont vastes. La crise économique a bouleversé les rapports entre Etats et économie et mis en évidence les dérives du capitalisme, avec pour résultat une intervention des gouvernements dans les rouages de l'économie.

Cette édition anniversaire est d'ores et déjà attendue comme celle du bras de fer sans précédent entre les gouvernements et les dirigeants financiers de la planète. Sur fond de régularisation, d'encadrement du capitalisme par les Etats, le Forum de Davos et son fondateur et patron Klaus Schwab aura du fil à retordre pour faire parler d'une seule voix patrons d'entreprises et responsables politiques.

La première grande étape se tiendra en fin de journée avec les discours de Klaus Schwab et de la présidente de la Confédération Doris Leuthard. Ils seront suivis du discours du président français Nicolas Sarkozy.

Trends.be, avec Belga

Depuis mercredi matin, Davos est devenu l'un des lieux les plus sécurisés du monde. La station grisonne accueille 2.500 invités de plus de 90 pays. Chefs d'Etats, premiers ministres, patrons d'entreprises et des centaines de journalistes convergent vers le Centre des congrès de la ville. Placée sous le thème "Améliorer l'état du monde: repenser, redessiner, rebâtir", cette 40e édition s'annonce périlleuse, tant les chantiers de réflexion sont vastes. La crise économique a bouleversé les rapports entre Etats et économie et mis en évidence les dérives du capitalisme, avec pour résultat une intervention des gouvernements dans les rouages de l'économie. Cette édition anniversaire est d'ores et déjà attendue comme celle du bras de fer sans précédent entre les gouvernements et les dirigeants financiers de la planète. Sur fond de régularisation, d'encadrement du capitalisme par les Etats, le Forum de Davos et son fondateur et patron Klaus Schwab aura du fil à retordre pour faire parler d'une seule voix patrons d'entreprises et responsables politiques. La première grande étape se tiendra en fin de journée avec les discours de Klaus Schwab et de la présidente de la Confédération Doris Leuthard. Ils seront suivis du discours du président français Nicolas Sarkozy. Trends.be, avec Belga