Quelque 316 milliards de bahts (10,2 milliards de dollars), sous forme de dépenses ou de prêts gouvernementaux, vont être consacrés aux "mesures de relance économique urgentes", a annoncé vendredi le ministère des Finances dans un communiqué.

Ces fonds vont notamment être utilisés pour stimuler le secteur-clé du tourisme, soutenir quelque 900.000 agriculteurs touchés par la sécheresse et aider les petites entreprises, a-t-il ajouté, précisant que ce plan doit encore être approuvé par le gouvernement.

La Thaïlande, deuxième économie d'Asie du Sud-Est après l'Indonésie, a accusé un net ralentissement au premier trimestre: la croissance trimestrielle est passée sous la barre des 3%, à 2,8%, pour la première fois depuis mi-2015, d'après la Banque mondiale.

Le royaume sort de cinq années de junte militaire. A la suite des élections législatives de mars, l'ancien chef de la junte, le général Prayut Chan-O-Cha, a été nommé à la tête du gouvernement civil.

L'économie du pays pâtit notamment des incertitudes liées à la guerre commerciale que se livre depuis des mois la Chine et les Etats-Unis.

La forte hausse du baht risque aussi de pénaliser le tourisme, qui pèse beaucoup dans le PIB du royaume, et la compétitivité des exportations devenues plus chères.

Les autorités tablent sur une croissance autour de 3% pour l'ensemble de 2019.