L'index examine dans quelle mesure les superpuissances régionales peuvent assurer leur compétitivité dans les domaines économique et militaire face aux Etats-Unis. Le chercheur a notamment incorporé la révolution nucléaire pour affiner le nouvel index.

"La couverture stratégique signifie que ces pays renforcent graduellement leur capacité militaire et économique", précise Nikolas Vander Vennet. "Ils ne le font pas trop rapidement, pour éviter d'éveiller l'attention des Etats-Unis. Ils doivent la construire de façon stratégique, sans provoquer les Américains."

En 2005, le Japon était en tête de l'index des superpuissances régionales les mieux couvertes stratégiquement face aux Etats-Unis. Les Japonais occupent désormais la deuxième place, juste devant l'Allemagne mais derrière la Chine. La Russie occupe la onzième et dernière place du classement. Malgré son important arsenal nucléaire, le pays de Vladimir Poutine pâtit d'une économie fragile qui se dégrade depuis 2014.

"La Chine a fait beaucoup de progrès car elle se base sur l'avancée économique", analyse le chercheur. "Son produit intérieur brut (PIB) augmente et la Chine peut également se permettre de progresser militairement."

Belga

L'index examine dans quelle mesure les superpuissances régionales peuvent assurer leur compétitivité dans les domaines économique et militaire face aux Etats-Unis. Le chercheur a notamment incorporé la révolution nucléaire pour affiner le nouvel index. "La couverture stratégique signifie que ces pays renforcent graduellement leur capacité militaire et économique", précise Nikolas Vander Vennet. "Ils ne le font pas trop rapidement, pour éviter d'éveiller l'attention des Etats-Unis. Ils doivent la construire de façon stratégique, sans provoquer les Américains." En 2005, le Japon était en tête de l'index des superpuissances régionales les mieux couvertes stratégiquement face aux Etats-Unis. Les Japonais occupent désormais la deuxième place, juste devant l'Allemagne mais derrière la Chine. La Russie occupe la onzième et dernière place du classement. Malgré son important arsenal nucléaire, le pays de Vladimir Poutine pâtit d'une économie fragile qui se dégrade depuis 2014. "La Chine a fait beaucoup de progrès car elle se base sur l'avancée économique", analyse le chercheur. "Son produit intérieur brut (PIB) augmente et la Chine peut également se permettre de progresser militairement." Belga