"Nous voulons juste conserver le statu-quo: l'embargo sur les produits (agricoles) introduit en réponse au régime de sanctions -- bien sûr il s'agit d'une mesure symétrique", a dit M. Oulioukaev à l'agence officielle RIA Novosti. L'embargo "pourrait être étendu et affiné", a-t-il ajouté.

Interrogé sur la possibilité que la Russie impose des sanctions sur d'autres importations européennes, le ministre a répondu qu'il "pense que cela est peu probable".

Le vice-Premier ministre Arkadi Dvorkovitch a indiqué de son côté à RIA Novosti que la Russie "étendra les sanctions" si l'UE le fait. Interrogé sur la durée de cette extension, il a répondu ne pas s'intéresser à cette question des limites.

Les ambassadeurs des 28 États membres de l'Union européenne ont approuvé par "consensus" mercredi le prolongement des sanctions économiques prises contre la Russie en raison de la crise ukrainienne jusqu'au 31 janvier 2016, une mesure qui doit être formellement adoptée lundi par les ministres des Affaires étrangères.

La Russie a interdit l'importation de la plupart des produits agricoles et d'élevage en provenance de l'UE, ainsi que des États-Unis, d'Australie du Canada et de Norvège.

"Nous voulons juste conserver le statu-quo: l'embargo sur les produits (agricoles) introduit en réponse au régime de sanctions -- bien sûr il s'agit d'une mesure symétrique", a dit M. Oulioukaev à l'agence officielle RIA Novosti. L'embargo "pourrait être étendu et affiné", a-t-il ajouté.Interrogé sur la possibilité que la Russie impose des sanctions sur d'autres importations européennes, le ministre a répondu qu'il "pense que cela est peu probable".Le vice-Premier ministre Arkadi Dvorkovitch a indiqué de son côté à RIA Novosti que la Russie "étendra les sanctions" si l'UE le fait. Interrogé sur la durée de cette extension, il a répondu ne pas s'intéresser à cette question des limites.Les ambassadeurs des 28 États membres de l'Union européenne ont approuvé par "consensus" mercredi le prolongement des sanctions économiques prises contre la Russie en raison de la crise ukrainienne jusqu'au 31 janvier 2016, une mesure qui doit être formellement adoptée lundi par les ministres des Affaires étrangères.La Russie a interdit l'importation de la plupart des produits agricoles et d'élevage en provenance de l'UE, ainsi que des États-Unis, d'Australie du Canada et de Norvège.