"Une large majorité des syndicats et l'ensemble de la délégation patronale ont approuvé l'AIP. Cette majorité doit être respectée. À cet effet, une concertation urgente avec le gouvernement est nécessaire pour examiner la manière de transposer rapidement et efficacement l'AIP dans la pratique", réagit Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB, cité dans un communiqué.

Le ministre fédéral de l'Emploi, Kris Peeters, a déjà annoncé qu'il allait organiser un entretien avec le Groupe des 10.

La FEB est d'avis que le projet d'AIP contenait " un juste équilibre entre les dimensions sociale, économique et environnementale."

"De plus, dans le difficile contexte économique et géopolitique actuel (gilets jaunes, recul de la croissance économique, actions pour le climat, Brexit dur, gouvernement minoritaire, élections à venir...), renforcé par la montée de la fièvre électorale, il permettait de contribuer à la sérénité et à la paix sociale. Le rejet par un syndicat est clairement une occasion manquée pour les partenaires sociaux de prendre leurs responsabilités dans des circonstances difficiles", déplore encore la fédération patronale.