La dette publique belge reste élevée mais continue en effet à diminuer, d'après les estimations de l'exécutif européen. Après un taux de 105,9% du Produit Intérieur Brut (PIB) en 2016, elle devrait être de 105,6% en 2017 et de 105,1% en 2018.

La Commission souligne par ailleurs que le taux de chômage devrait atteindre 7,6% en 2017, alors qu'il était de 7,8% à la fin de l'année dernière. La croissance devrait, elle, être de 1,5% en 2017 et de 1,7% l'an prochain.

Le ministre retient aussi "l'évolution favorable des finances publiques", avec un déficit budgétaire qui devrait atteindre 1,9% du PIB en fin d'année, alors que les prévisions européennes d'hiver tablaient encore sur 2,2%. Le déficit structurel (abstraction faite de l'impact de la conjoncture et des mesures "one shot") pour l'année en cours est quant à lui ramené par la Commission à 1,6%, contre 2,0% trois mois plus tôt.

La dette publique belge reste élevée mais continue en effet à diminuer, d'après les estimations de l'exécutif européen. Après un taux de 105,9% du Produit Intérieur Brut (PIB) en 2016, elle devrait être de 105,6% en 2017 et de 105,1% en 2018. La Commission souligne par ailleurs que le taux de chômage devrait atteindre 7,6% en 2017, alors qu'il était de 7,8% à la fin de l'année dernière. La croissance devrait, elle, être de 1,5% en 2017 et de 1,7% l'an prochain. Le ministre retient aussi "l'évolution favorable des finances publiques", avec un déficit budgétaire qui devrait atteindre 1,9% du PIB en fin d'année, alors que les prévisions européennes d'hiver tablaient encore sur 2,2%. Le déficit structurel (abstraction faite de l'impact de la conjoncture et des mesures "one shot") pour l'année en cours est quant à lui ramené par la Commission à 1,6%, contre 2,0% trois mois plus tôt.