Cette hausse de l'endettement d'environ 4% résulte notamment de la requalification d'un certain nombre de dépenses publiques, comme les logements sociaux, et les partenariats publics privés.

Les conséquences de cette nouvelle hausse devraient cependant rester limitées. Pour définir si un Etat respecte les limites qui lui sont imposées en la matière, la Commission européenne examine surtout le rapport entre la dette et le PIB. Mais, depuis ce mois de septembre, l'Europe calcule d'une nouvelle façon le PIB d'un pays.

L'économie illicite est dorénavant prise en compte, tout comme les dépenses en recherche et développement. La hausse du PIB pourrait dès lors avoisiner les 4%.

La dette publique et le PIB augmentant de concert, l'effet devrait être quasiment nul. Notre dette se montait à 388 milliards d'euros à la fin août 2014.

Cette hausse de l'endettement d'environ 4% résulte notamment de la requalification d'un certain nombre de dépenses publiques, comme les logements sociaux, et les partenariats publics privés. Les conséquences de cette nouvelle hausse devraient cependant rester limitées. Pour définir si un Etat respecte les limites qui lui sont imposées en la matière, la Commission européenne examine surtout le rapport entre la dette et le PIB. Mais, depuis ce mois de septembre, l'Europe calcule d'une nouvelle façon le PIB d'un pays. L'économie illicite est dorénavant prise en compte, tout comme les dépenses en recherche et développement. La hausse du PIB pourrait dès lors avoisiner les 4%. La dette publique et le PIB augmentant de concert, l'effet devrait être quasiment nul. Notre dette se montait à 388 milliards d'euros à la fin août 2014.