Sur l'échéance à 10 ans, 0,987 milliard a été emprunté à un taux plancher de 0,139%. "Un niveau historiquement bas", a commenté Jean Deboutte, directeur à l'Agence de la dette.

Pour les obligations à cinq ans (0,8 milliard d'euros emprunté), le taux est même négatif et, à nouveau, historiquement bas: -0,346%.

La Belgique a également émis des obligations arrivant à échéance en 2038 (0,525 milliard) et 2066 (0,89 milliard) à des taux de respectivement 0,747% et 1,363%.

Ces taux plancher résultent d'une demande forte des investisseurs en quête de sécurité en ces temps économiques incertains. Pour des pays dont la crédibilité financière est grande, comme la Belgique, cela se traduit par des taux particulièrement bas, selon Jean Deboutte.

La perspective de discussions difficiles pour la formation d'un gouvernement fédéral n'est pas un sujet d'attention, pour le moment du moins, pour les investisseurs.

La faiblesse des taux est une bonne nouvelle pour le budget de l'État.

Avec plus de 21 milliards d'euros levés depuis le début de l'année, 75% du programme de financement par le biais d'Olo pour 2019 ont déjà été réalisés. Au total, le programme de financement prévoit en effet l'emprunt d'un total de 28 milliards d'euros via des obligations linéaires.

Sur l'échéance à 10 ans, 0,987 milliard a été emprunté à un taux plancher de 0,139%. "Un niveau historiquement bas", a commenté Jean Deboutte, directeur à l'Agence de la dette. Pour les obligations à cinq ans (0,8 milliard d'euros emprunté), le taux est même négatif et, à nouveau, historiquement bas: -0,346%. La Belgique a également émis des obligations arrivant à échéance en 2038 (0,525 milliard) et 2066 (0,89 milliard) à des taux de respectivement 0,747% et 1,363%. Ces taux plancher résultent d'une demande forte des investisseurs en quête de sécurité en ces temps économiques incertains. Pour des pays dont la crédibilité financière est grande, comme la Belgique, cela se traduit par des taux particulièrement bas, selon Jean Deboutte. La perspective de discussions difficiles pour la formation d'un gouvernement fédéral n'est pas un sujet d'attention, pour le moment du moins, pour les investisseurs. La faiblesse des taux est une bonne nouvelle pour le budget de l'État. Avec plus de 21 milliards d'euros levés depuis le début de l'année, 75% du programme de financement par le biais d'Olo pour 2019 ont déjà été réalisés. Au total, le programme de financement prévoit en effet l'emprunt d'un total de 28 milliards d'euros via des obligations linéaires.