Selon l'Echo et le Tijd, le ministre Van Overtveldt a laissé entendre que la Belgique ferait mieux de quitter les négociations pour une taxe européenne sur les transactions financières. "Il y a encore du travail pour convaincre mes amis du gouvernement belge que le meilleur chemin est de quitter la table des négociations. Mais c'est en bonne voie", a déclaré Johan Van Overtveldt lors d'une rencontre avec des entreprises britanniques à Bruxelles.

Dans une réaction vendredi, le ministre souligne que la Belgique restera autour de la table. "La Belgique continuera à négocier la Taxe sur les transactions financières. Je le fais sur base du mandat que l'accord de gouvernement m'a donné. L'accord de gouvernement dit explicitement que les effets négatifs sur l'économie réelle, sur les fonds de pension et les assurances et sur la dette publique doivent être évités. Ces dispositions de l'accord de gouvernement forment pour moi un fil rouge", conclut le ministre.

Selon l'Echo et le Tijd, le ministre Van Overtveldt a laissé entendre que la Belgique ferait mieux de quitter les négociations pour une taxe européenne sur les transactions financières. "Il y a encore du travail pour convaincre mes amis du gouvernement belge que le meilleur chemin est de quitter la table des négociations. Mais c'est en bonne voie", a déclaré Johan Van Overtveldt lors d'une rencontre avec des entreprises britanniques à Bruxelles. Dans une réaction vendredi, le ministre souligne que la Belgique restera autour de la table. "La Belgique continuera à négocier la Taxe sur les transactions financières. Je le fais sur base du mandat que l'accord de gouvernement m'a donné. L'accord de gouvernement dit explicitement que les effets négatifs sur l'économie réelle, sur les fonds de pension et les assurances et sur la dette publique doivent être évités. Ces dispositions de l'accord de gouvernement forment pour moi un fil rouge", conclut le ministre.