Chaque année, l'Université de Liège doit dépenser 7,5 millions d'euros pour les frais d'électricité du campus du Sart Tilman et 3 millions pour le chauffage. Pour diminuer cette facture exorbitante, elle a sollicité - en collaboration avec le CHU et le GRE-Liège - l'European Energy Efficiency Fund (EEEF) et vient d'obtenir une subvention d'1,5 million qui couvrira 90% des coûts de réalisation des études techniques préalables aux travaux.

Ceux-ci se concentreront sur 15 bâtiments (12 dépendant de l'ULg et 3 du CHU), qui représentent la moitié des surfaces du campus et qui se révèlent particulièrement énergivores -65% des consommations énergétiques- car ils ont été construits entre les années 1960 et 1980.

L'ULg et le CHU investiront ensuite progressivement 30 millions d'euros jusqu'en 2018 dans l'isolation des façades, des vitrages et des toitures, dans l'éclairage, dans la ventilation et dans la distribution de chaleur au sein des bâtiments. L'ULg prend à sa charge 20 millions d'euros, le CHU le solde.

Ces travaux devraient permettre de réduire de 20% minimum les consommations énergétiques (-11% pour l'électricité, -49% pour le chauffage, -24% pour les émissions de CO2), soit une économie de près d'1,4 million d'euros par an.

Chaque année, l'Université de Liège doit dépenser 7,5 millions d'euros pour les frais d'électricité du campus du Sart Tilman et 3 millions pour le chauffage. Pour diminuer cette facture exorbitante, elle a sollicité - en collaboration avec le CHU et le GRE-Liège - l'European Energy Efficiency Fund (EEEF) et vient d'obtenir une subvention d'1,5 million qui couvrira 90% des coûts de réalisation des études techniques préalables aux travaux. Ceux-ci se concentreront sur 15 bâtiments (12 dépendant de l'ULg et 3 du CHU), qui représentent la moitié des surfaces du campus et qui se révèlent particulièrement énergivores -65% des consommations énergétiques- car ils ont été construits entre les années 1960 et 1980. L'ULg et le CHU investiront ensuite progressivement 30 millions d'euros jusqu'en 2018 dans l'isolation des façades, des vitrages et des toitures, dans l'éclairage, dans la ventilation et dans la distribution de chaleur au sein des bâtiments. L'ULg prend à sa charge 20 millions d'euros, le CHU le solde. Ces travaux devraient permettre de réduire de 20% minimum les consommations énergétiques (-11% pour l'électricité, -49% pour le chauffage, -24% pour les émissions de CO2), soit une économie de près d'1,4 million d'euros par an.