"Alors que les taux de vaccination augmentent, la pandémie de Covid-19 devrait être mieux gérée et les activités économiques et les transports revenir fermement à leurs niveaux d'avant le Covid", explique le cartel dans son rapport mensuel.

En conséquence, la croissance de la demande doit atteindre l'an prochain 4,2 millions de barils par jour (mb/j), soit 0,9 mb/j de plus qu'estimé il y a un mois, pour atteindre une demande mondiale de 100,83 mb/j. Cela excédera alors les niveaux d'avant la pandémie, souligne l'Opep.

Ces prévisions optimistes - qui n'abordent cependant pas l'impact de cette reprise sur le changement climatique - surviennent alors que le cartel et ses alliés ("Opep+") commencent à augmenter leur production, après l'avoir restreinte pour soutenir les cours pendant la crise.

L'Opep+ avait ainsi validé début septembre sa stratégie décidée mi-juillet de reprise de sa production.

En août, les pays de l'Opep avaient d'ailleurs légèrement augmenté leur production de 151.000 barils par jour sur un mois, pour atteindre un total de 26,762 mb/j, selon des sources secondaires (indirectes) citées dans le rapport publié lundi.

De gros producteurs comme l'Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis et l'Irak avaient ainsi pompé plus, tandis qu'en revanche la production baissait nettement au Nigeria.

"Alors que les taux de vaccination augmentent, la pandémie de Covid-19 devrait être mieux gérée et les activités économiques et les transports revenir fermement à leurs niveaux d'avant le Covid", explique le cartel dans son rapport mensuel.En conséquence, la croissance de la demande doit atteindre l'an prochain 4,2 millions de barils par jour (mb/j), soit 0,9 mb/j de plus qu'estimé il y a un mois, pour atteindre une demande mondiale de 100,83 mb/j. Cela excédera alors les niveaux d'avant la pandémie, souligne l'Opep.Ces prévisions optimistes - qui n'abordent cependant pas l'impact de cette reprise sur le changement climatique - surviennent alors que le cartel et ses alliés ("Opep+") commencent à augmenter leur production, après l'avoir restreinte pour soutenir les cours pendant la crise.L'Opep+ avait ainsi validé début septembre sa stratégie décidée mi-juillet de reprise de sa production.En août, les pays de l'Opep avaient d'ailleurs légèrement augmenté leur production de 151.000 barils par jour sur un mois, pour atteindre un total de 26,762 mb/j, selon des sources secondaires (indirectes) citées dans le rapport publié lundi.De gros producteurs comme l'Arabie saoudite, les Emirats Arabes Unis et l'Irak avaient ainsi pompé plus, tandis qu'en revanche la production baissait nettement au Nigeria.