A condition que le Royaume-Uni respecte ses engagements financiers pour cette année, même en cas de "no deal", les Britanniques (agriculteurs, chercheurs et autres) pourront continuer à bénéficier de subsides européens. De cette manière, l'UE veut éviter que les 27 autres Etats membres ne doivent compenser la pertes des recettes britanniques.

"Les mesures d'aujourd'hui profiteront à des personnes et des entités au Royaume-Uni, et éviteront d'éventuelles perturbations pour les bénéficiaires du financement européen", a expliqué le ministre finlandais des Finances, Mika Lintilä qui dirigeait la réunion de l'Ecofin. Ces mesures n'éviteront pas de devoir négocier un règlement financier entre l'UE et la Grande Bretagne en cas de "no deal", a-t-il précisé.