Ces affirmations mériteraient peut-être d'être nuancées, surtout lorsqu'on sait que ledit " seuil de pauvreté " ne correspond pas à un niveau de vie déterminé, mais à une proportion du revenu médian de la population. Cela signifie que lorsque ce revenu médian augmente, le nombre de personnes se trouvant sous le seuil de pauvreté augmente aussi, sauf si leur revenu a bénéficié d'une croissance égale à celle du revenu médian. Des personnes dont les revenus stagnent sans diminuer se retrouvent ainsi sous le seuil de pauvreté, sans le savoir et sans avoir rien perdu.
...