L'emploi, lui, devrait progresser, en termes nets, d'un peu plus de 100.000 unités sur la période 2017-2018 tandis que le nombre de demandeurs d'emploi diminuerait de 43.000 unités.

L'inflation générale atteindrait pour sa part 2,2% cette année pour se replier l'année prochaine autour de 1,3%, poursuit l'Ires.

Quant au déficit budgétaire des administrations publiques, il diminuerait à 2% en 2017 et à 1,9% en 2018. En 2016, ce déficit était encore estimé à 2,6% du PIB.

"La consommation privée devrait être le principal moteur de la croissance de l'économie belge, soutenue par la forte confiance des ménages et une progression du pouvoir d'achat plus marquée que lors des années précédentes. L'investissement des entreprises devrait aussi augmenter de manière significative en raison de la persistance de tensions importantes sur les capacités de production dans l'industrie et de conditions de financement toujours très favorables", commente l'institut. Selon ce dernier, le pouvoir d'achat des ménages augmenterait de 1,5% en 2017 et de 1,7% l'année suivante.