"Si cela a un impact matériel sur le cours de l'action Dexia, je ne doute pas que Karel De Boeck, l'administrateur délégué, communiquera à ce sujet. Mais je crois avoir compris que s'il devait y avoir un préjudice, il serait dans tous les cas bien moindre" que les 100 millions cités, a déclaré M. Geens (CD&V) dans l'émission De Ochtend de la VRT radio.

Toutefois, s'il devait s'avérer que Dexia détient effectivement des créances de Detroit, "ce ne serait probablement pas une très bonne nouvelle", a-t-il ajouté.

Koen Geens réfute que le ministre des Finances, et à travers lui l'Etat qui est actionnaire de Dexia SA, ait dû être au courant. "Un actionnaire n'a pas à recevoir d'information privilégiée de la part de l'entreprise", car tous les actionnaires doivent être traités de la même manière, a exposé le ministre. Il ajoute connaître suffisamment l'administrateur délégué pour être informé au cas où ce serait "réellement important".

"Si cela a un impact matériel sur le cours de l'action Dexia, je ne doute pas que Karel De Boeck, l'administrateur délégué, communiquera à ce sujet. Mais je crois avoir compris que s'il devait y avoir un préjudice, il serait dans tous les cas bien moindre" que les 100 millions cités, a déclaré M. Geens (CD&V) dans l'émission De Ochtend de la VRT radio. Toutefois, s'il devait s'avérer que Dexia détient effectivement des créances de Detroit, "ce ne serait probablement pas une très bonne nouvelle", a-t-il ajouté. Koen Geens réfute que le ministre des Finances, et à travers lui l'Etat qui est actionnaire de Dexia SA, ait dû être au courant. "Un actionnaire n'a pas à recevoir d'information privilégiée de la part de l'entreprise", car tous les actionnaires doivent être traités de la même manière, a exposé le ministre. Il ajoute connaître suffisamment l'administrateur délégué pour être informé au cas où ce serait "réellement important".