Ce rapport de 460 pages réalisé par un comité d'hommes politiques irlandais a jugé qu'avant la crise, les banques irlandaises avaient commencé à adopter une approche plus agressive en matière de prêts et que les régulateurs financiers avaient échoué à identifier les

la crise financière internationale, le pays s'était lourdement endetté pour sauver son secteur bancaire, alors menacé de faillite par l'explosion d'une bulle immobilière. Cela avait donné lieu à la nationalisation de la Anglo Irish Bank en 2009. L'Irlande avait bénéficié en novembre 2010 d'une aide conjointe de l'Union européenne (UE) et du FMI de 85 milliards d'euros. Après l'annonce de ce plan de sauvetage international, l'enquête, publiée mercredi, avance que la BCE a menacé en mars 2011 le gouvernement irlandais de retirer son soutien d'urgence aux banques si les pertes étaient imputées aux détenteurs d'obligations de premier rang ou aux investisseurs de haut niveau.

"La position de la BCE en novembre 2010 et mars 2011 (...) a contribué à faire supporter de manière inapproprié une part significative des dettes bancaires aux citoyens irlandais", note le rapport. Sur le plan budgétaire, l'Irlande est officiellement sortie du plan d'aide international en décembre 2013 et d'une austérité budgétaire de six ans en octobre 2014. L'économie irlandaise a progressé de 4,8% au cours de l'année 2014 contre une croissance de 0,2% en 2013. Pour 2015, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) devrait tourner autour de 7%. L'enquête, lancée en 2014, a entendu 128 témoins et a conclu ses audiences publiques en juillet 2015.

Ce rapport de 460 pages réalisé par un comité d'hommes politiques irlandais a jugé qu'avant la crise, les banques irlandaises avaient commencé à adopter une approche plus agressive en matière de prêts et que les régulateurs financiers avaient échoué à identifier les la crise financière internationale, le pays s'était lourdement endetté pour sauver son secteur bancaire, alors menacé de faillite par l'explosion d'une bulle immobilière. Cela avait donné lieu à la nationalisation de la Anglo Irish Bank en 2009. L'Irlande avait bénéficié en novembre 2010 d'une aide conjointe de l'Union européenne (UE) et du FMI de 85 milliards d'euros. Après l'annonce de ce plan de sauvetage international, l'enquête, publiée mercredi, avance que la BCE a menacé en mars 2011 le gouvernement irlandais de retirer son soutien d'urgence aux banques si les pertes étaient imputées aux détenteurs d'obligations de premier rang ou aux investisseurs de haut niveau. "La position de la BCE en novembre 2010 et mars 2011 (...) a contribué à faire supporter de manière inapproprié une part significative des dettes bancaires aux citoyens irlandais", note le rapport. Sur le plan budgétaire, l'Irlande est officiellement sortie du plan d'aide international en décembre 2013 et d'une austérité budgétaire de six ans en octobre 2014. L'économie irlandaise a progressé de 4,8% au cours de l'année 2014 contre une croissance de 0,2% en 2013. Pour 2015, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) devrait tourner autour de 7%. L'enquête, lancée en 2014, a entendu 128 témoins et a conclu ses audiences publiques en juillet 2015.