Frédéric Vrins (Louvain School of Management): "L'essentiel des produits dérivés n'est pas spéculatif"

01/12/18 à 12:30 - Mise à jour à 10:18
Du Trends-Tendances du 29/11/18

Les produits dérivés ont été pointés comme une des causes principales de la crise de 2008. Ils ont depuis fait l'objet d'une réglementation qui vise à limiter leur activité. Mais les bannir serait une erreur, affirme Frédéric Vrins.

Les derniers chiffres montrent que la valeur des produits dérivés (les contrats à terme, les options sur les actions, sur les obligations, les devises, les matières premières, etc.) est d'environ 13.000 milliards de dollars. Et les montants qui servent de référence à ces contrats représentent 530.000 milliards de dollars. Par rapport à l'activité économique réelle, de tels chiffres peuvent-ils se justifier autrement que par la spéculation ?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires