"A partir de samedi, les prix vont repartir à la hausse puisque les prévisions de la CREG (le régulateur fédéral de l'énergie) font état de près de 8% de hausse pour le prix de l'électricité au cours des six premiers mois de 2020. Pour le gaz, c'est une tendance inverse qui est à prévoir avec une baisse de 12% des prix", explique RTL sur son site internet et dans son journal télévisé jeudi.

Le tarif social pour le gaz et l'électricité s'applique aux locataires d'un appartement social ou aux bénéficiaires du CPAS par exemple, soit un ménage belge sur dix. Dès samedi, leur facture de gaz ou d'électricité repartira à la hausse, ce qui n'était pas le cas depuis un an.

Le tarif social existe depuis 2004 et est calculé deux fois par an par la CREG. Depuis 2010, l'octroi de ce tarif est automatique. "C'est le gouvernement fédéral qui a décidé il y a un an de geler le tarif social électricité pour un an, et le tarif social gaz pour six mois, pour éviter des hausses qui étaient supérieures à 20% pour l'électricité et à 25% pour le gaz. Une augmentation comme on en connaîtra lors du prochain semestre, de l'ordre de 7 à 8%, est tout à fait classique et elle suit l'évolution des prix sur les marchés classiques", commente à RTL Laurent Jacquet, directeur prix à la CREG.

"A partir de samedi, les prix vont repartir à la hausse puisque les prévisions de la CREG (le régulateur fédéral de l'énergie) font état de près de 8% de hausse pour le prix de l'électricité au cours des six premiers mois de 2020. Pour le gaz, c'est une tendance inverse qui est à prévoir avec une baisse de 12% des prix", explique RTL sur son site internet et dans son journal télévisé jeudi. Le tarif social pour le gaz et l'électricité s'applique aux locataires d'un appartement social ou aux bénéficiaires du CPAS par exemple, soit un ménage belge sur dix. Dès samedi, leur facture de gaz ou d'électricité repartira à la hausse, ce qui n'était pas le cas depuis un an. Le tarif social existe depuis 2004 et est calculé deux fois par an par la CREG. Depuis 2010, l'octroi de ce tarif est automatique. "C'est le gouvernement fédéral qui a décidé il y a un an de geler le tarif social électricité pour un an, et le tarif social gaz pour six mois, pour éviter des hausses qui étaient supérieures à 20% pour l'électricité et à 25% pour le gaz. Une augmentation comme on en connaîtra lors du prochain semestre, de l'ordre de 7 à 8%, est tout à fait classique et elle suit l'évolution des prix sur les marchés classiques", commente à RTL Laurent Jacquet, directeur prix à la CREG.