La Belgique s'apprête à confirmer l'arrêt des centrales nucléaires en 2025. Pour atteindre nos objectifs climatiques ambitieux, le mix énergétique prévu actuellement ne sera toutefois pas suffisant. La transition va coûter cher au contribuable.

Le ministre wallon du Climat et de l'Energie reconnaît que la crise sanitaire et les inondations ont contrarié les plans wallons: "on arrive à la limite de nos capacités". Mais la détermination demeure: "on n'a pas le choix". La clarté va enfin être faite sur la sortie du nucléaire, se réjouit-il. Objectifs, désormais: réduire la consommation (isolation des bâtiments, -30% des voitures...) et doper le renouvelable. A mi-législature, il annonce des mesures importantes. Suffisantes?