"Je suis vraiment optimiste quant aux progrès substantiels qui ont été réalisés par nos équipes et l'ensemble du G7 pour que nous arrivions à plafonner les prix", a déclaré Janet Yellen, la ministre de l'Economie et des Finances de Joe Biden, ce mercredi lors d'une rencontre à Washington avec son homologue britannique, le Chancelier de l'Echiquier Nadhim Zahawi. "Le Royaume-Uni a été un allié essentiel dans le travail du G7 pour la mise en place d'un plafond du prix du pétrole russe", a ajouté Janet Yellen.

Concrètement

Les dirigeants des pays du G7 se sont entendus, fin juin, pour travailler à un plafonnement du prix du pétrole russe, afin de priver Moscou d'une partie de sa manne provenant du secteur énergétique. Concrètement, la Russie vendrait son pétrole à ces pays à un prix inférieur à celui auquel elle le cède aujourd'hui, mais qui resterait supérieur au prix de production, afin qu'elle ait un intérêt économique à continuer à leur en vendre, et ainsi qu'elle ne coupe pas ses livraisons.

"Il y a une marge importante entre le prix de la production et ce que la Russie fait aujourd'hui, dans laquelle nous pouvons fixer le plafond qui créera des incitations économiques pour que la Russie continue à produire du pétrole, tout en leur refusant les revenus excédentaires qu'ils obtiennent aujourd'hui", avait indiqué fin juillet un responsable du G7. Il avait aussi reconnu que la date limite pour finaliser ce plan est, de facto, le 5 décembre, lorsqu'entrera en vigueur l'interdiction européenne, pour les assureurs et réassureurs, de couvrir le transport maritime de pétrole russe.

Washington demande en effet une "exemption" à cette interdiction d'assurance pour le pétrole qui serait expédié sous le plafond des prix. L'enjeu est de rallier le plus de pays possibles dans ce camp. Le sujet devrait être sur la table lors du sommet du G20 à Bali (Indonésie) les 15 et 16 novembre.

"Je suis vraiment optimiste quant aux progrès substantiels qui ont été réalisés par nos équipes et l'ensemble du G7 pour que nous arrivions à plafonner les prix", a déclaré Janet Yellen, la ministre de l'Economie et des Finances de Joe Biden, ce mercredi lors d'une rencontre à Washington avec son homologue britannique, le Chancelier de l'Echiquier Nadhim Zahawi. "Le Royaume-Uni a été un allié essentiel dans le travail du G7 pour la mise en place d'un plafond du prix du pétrole russe", a ajouté Janet Yellen.Les dirigeants des pays du G7 se sont entendus, fin juin, pour travailler à un plafonnement du prix du pétrole russe, afin de priver Moscou d'une partie de sa manne provenant du secteur énergétique. Concrètement, la Russie vendrait son pétrole à ces pays à un prix inférieur à celui auquel elle le cède aujourd'hui, mais qui resterait supérieur au prix de production, afin qu'elle ait un intérêt économique à continuer à leur en vendre, et ainsi qu'elle ne coupe pas ses livraisons."Il y a une marge importante entre le prix de la production et ce que la Russie fait aujourd'hui, dans laquelle nous pouvons fixer le plafond qui créera des incitations économiques pour que la Russie continue à produire du pétrole, tout en leur refusant les revenus excédentaires qu'ils obtiennent aujourd'hui", avait indiqué fin juillet un responsable du G7. Il avait aussi reconnu que la date limite pour finaliser ce plan est, de facto, le 5 décembre, lorsqu'entrera en vigueur l'interdiction européenne, pour les assureurs et réassureurs, de couvrir le transport maritime de pétrole russe.Washington demande en effet une "exemption" à cette interdiction d'assurance pour le pétrole qui serait expédié sous le plafond des prix. L'enjeu est de rallier le plus de pays possibles dans ce camp. Le sujet devrait être sur la table lors du sommet du G20 à Bali (Indonésie) les 15 et 16 novembre.