Ce projet, qui devrait être pleinement fonctionnel d'ici la fin de 2013, offrira "une expertise en matière d'audit international et des conseils aux pays en développement, afin de leur permettre de s'attaquer à l'érosion de leur assiette fiscale, notamment à travers l'évasion fiscale et l'évitement de l'impôt", selon un communiqué diffusé par l'OCDE.

L'initiative est portée par Oupa Magashula, le patron de l'administration fiscale sud-africaine, ainsi que Pascal Saint-Amans, le directeur du département fiscal de l'OCDE. Plusieurs parties prenantes, issues des entreprises, de la société civile et de l'OCDE elle-même, ont convenu de travailler à la création d'une organisation indépendante, financée de façon durable, qui hébergerait le secrétariat des inspecteurs fiscaux sans frontières, précise le communiqué.

Les pays en développement, dont certains sont riches en ressources naturelles, perdent des montants considérables en raison de la corruption et de l'évasion fiscale. L'organisation Global Financial Integrity les chiffre à entre 850 et 1.100 milliards de dollars.

Avec Belga

Ce projet, qui devrait être pleinement fonctionnel d'ici la fin de 2013, offrira "une expertise en matière d'audit international et des conseils aux pays en développement, afin de leur permettre de s'attaquer à l'érosion de leur assiette fiscale, notamment à travers l'évasion fiscale et l'évitement de l'impôt", selon un communiqué diffusé par l'OCDE. L'initiative est portée par Oupa Magashula, le patron de l'administration fiscale sud-africaine, ainsi que Pascal Saint-Amans, le directeur du département fiscal de l'OCDE. Plusieurs parties prenantes, issues des entreprises, de la société civile et de l'OCDE elle-même, ont convenu de travailler à la création d'une organisation indépendante, financée de façon durable, qui hébergerait le secrétariat des inspecteurs fiscaux sans frontières, précise le communiqué. Les pays en développement, dont certains sont riches en ressources naturelles, perdent des montants considérables en raison de la corruption et de l'évasion fiscale. L'organisation Global Financial Integrity les chiffre à entre 850 et 1.100 milliards de dollars. Avec Belga